De Croo à propos des négociations : "Chaque mois perdu rajoute 150 millions au déficit budgétaire"

Le ministre des Finances Alexander De Croo (Open VLD) espère que les chiffres du Comité de monitoring sur le budget auront l’effet d’un "signal de réveil" pour les négociations de formation d'un gouvernement fédéral. "En tant que pays, nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à dire que nous avons le temps, comme cela a été le cas ces derniers mois", déclarait De Croo lundi soir sur le plateau de l’émission "Terzake" à la VRT (photo). L’ancien ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA) ne partage pas l’avis de son successeur sur la responsabilité pour l’important déficit budgétaire.

D'après le Comité de monitoring - qui réunit des hauts fonctionnaires - le déficit budgétaire structurel s'élève aujourd'hui à 1,5% du produit intérieur brut, soit 7,2 milliards d'euros. Cela signifie que depuis la chute du gouvernement Michel, en décembre 2018, le budget fédéral a dérapé de 3,8 milliards d'euros. C’est nettement moins bon que ce que le gouvernement fédéral avait prévu pour cette année lors de la confection du budget 2019.

"Si le nouveau gouvernement confirme les objectifs pour 2019, l’effort à fournir cette année sera de 4 milliards d’euros", indique le Comité de monitoring. L’augmentation du déficit serait due, notamment, à des recettes fiscales plus réduites qu’escompté. C’est environ 1,9 milliard d’euros qui ne rentrerait ainsi pas dans les caisses de l’Etat en raison d’un climat économique moins favorable. A cela s’ajouterait une majoration de plus de 550 millions d’euros en dépenses pour la sécurité sociale.

Un signal de réveil pour les négociations ?

"Il n'y a en fait qu'une seule solution: avoir un gouvernement ayant les pleins pouvoirs le plus rapidement possible", a réagi le ministre des Finances Alexander De Croo dans l’émission "Terzake" de la VRT (photo). "Il y a deux partis qui sont les plus grands: la N-VA en Flandre et le PS en Wallonie et à Bruxelles. Il serait irresponsable que ces deux partis ne considèrent pas ce qui est sorti aujourd'hui comme un signal de réveil", estime-t-il.

"Chaque mois qui passe rend les choses plus difficiles pour un gouvernement, qui devra ensuite payer double. Chaque mois que nous perdons représente 150 millions d’euros de dépenses et de pensions qui se rajoutent". Le ministre estime que la Belgique ne peut se permettre de perdre du temps. "Nous devons nous mettre rapidement au travail".

Un gouvernement d'urgence, comme l'avait proposé Paul Magnette (PS) il y a plus d'un mois, ne résoudra rien, estime le ministre libéral flamand. "Un gouvernement d'urgence ne peut faire qu'un budget d'urgence. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un gouvernement à part entière qui agisse de manière durable."

Dérapage budgétaire: N-VA et Open VLD se renvoient la faute

L'ex-ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), devenu député européen, a réagi ce mardi et renvoie à son successeur Alexander De Croo la responsabilité du dérapage budgétaire de 4 milliards d'euros constaté pour 2019 par le comité de monitoring. Pour Alexander De Croo, c'est la N-VA qui, après avoir quitté le gouvernement Michel en décembre 2018 - rendant ainsi impossible l'adoption du budget - est responsable du dérapage.

Pour Johan Van Overtveldt (photo archives), interrogé mardi par la VRT, c'est l'actuelle coalition minoritaire qui en est responsable après avoir mis la N-VA hors du gouvernement au nom de la ratification du Pacte migratoire, sans avoir fait voter l'accord de l'été 2018 censé redresser la barre. Cet accord a été réduit à la portion congrue, sous l'effet d'autres partis représentés au parlement, a précisé Van Overtveldt, rendant impossible un soutien de la N-VA.

Pour ce dernier, il incombe au prochain gouvernement d'améliorer le taux d'activité de la population comme levier contre le déficit budgétaire. Le déficit structurel atteint 7 milliards d'euros en 2019, soit 4 milliards de plus que prévu dans les objectifs du programme de stabilité 2019-2022 envoyés à l'Europe.