Des premiers signes de stress des arbres dus à la sécheresse prolongée

La situation n’est actuellement pas encore aussi dramatique que l’été dernier, mais les premiers signes de stress font leur apparition sur les arbres et arbustes en raison de la sécheresse, constate l’organisation flamande Natuurpunt dans le Limbourg. Dans le Limbourg hollandais, au-delà de la frontière, on signale même que de nombreux épicéas, mais aussi des bouleaux meurent à cause du manque d’eau.

Natuurpunt indique que beaucoup d’arbres ont souffert l’an dernier en raison de la chaleur et la sécheresse. A l’heure actuelle, la situation n’est pas encore aussi critique, mais les premiers signes de stress des arbres sont apparents.

"Les arbres perdent leurs feuilles ou fruits qui ne sont pas encore mûrs. C’est le cas pour les petits glands ou les fruits des tilleuls, dont les graines ne sont pas mûres. Ils ne devraient tomber qu’à l’automne. Le fait qu’ils les perdent maintenant est un signe de stress dû à la sécheresse", précise Jos Ramaekers de Natuurpunt Limburg.

Les orties sont aussi déjà desséchées. Ces plantes poussent dans des endroits humides et ne parviennent pas à lutter contre l’évaporation parce qu’elles ont normalement toujours assez d’humidité.

Vers un changement dans les espèces d’arbres ?

Si les étés chauds et secs se reproduisaient régulièrement à l’avenir, Jos Ramaekers n’exclut pas que des changements se produiront au niveau des espèces d’arbres.

"Les plantes qui souffrent plus particulièrement de la sécheresse seront progressivement remplacées par d’autres. Par exemple, le chêne rouvre est plus habitué à un climat d’étés chauds et secs que le chêne pédonculé. Ces derniers vont donc probablement disparaître, au profit des chênes rouvres".

Il s’agit néanmoins d’un processus d’élimination naturelle qui prendra plusieurs années.