Le Sultanat d’Oman s’inspire des magasins-ateliers de recyclage d’Anvers

Le pays de la péninsule d’Arabie projette d’ouvrir des magasins-ateliers de recyclage d’objets. Pour ce faire, une délégation est envoyée à Anvers pour s’inspirer de ses "kringloopwinkels", qui gagnent en popularité dans l’ensemble de la Flandre.

Les magasins-ateliers de recyclage ("kringloopwinkels" ou "kringwinkels" en néerlandais) sont particulièrement populaires à Anvers. Le plus récent d’entre eux a récemment été ouvert dans la célèbre rue commerçante Meir.

Dans ces magasins, on ne vend pas seulement des vêtements et objets de seconde-main, mais on attire aussi l’attention des visiteurs sur l’importance du recyclage, plutôt que de jeter tout simplement des choses qui ne plaisent ou ne servent plus.

Les kringloopwinkels ont aussi souvent un atelier de réparation, pour remettre en état de marche les appareils électro-ménagers. Ce concept plait aux autorités d’Oman.

Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE

Matière d’étude obligatoire

Des collaborateurs du kringwinkel d’Anvers se sont déjà rendus deux fois dans le Sultanat d’Oman pour étudier la meilleure façon d’y mettre en place le projet de recyclage. Un centre de tri sera ainsi installé sur le terrain de l’université. Tontes les affaires destinées aux différents magasins-ateliers de recyclage y seront triées.

C’est un choix délibéré, explique Frank Dingemans du Kringwinkel d’Anvers. "Sur un tel campus, on retrouve une jeune génération. C’est celle qui est ouverte au changement".

Les étudiants d’Oman aideront d’ailleurs au développement des magasins-ateliers. Un cours y sera même consacré dans le cadre d’une matière obligatoire. "Les étudiants en économie peuvent par exemple développer de petits modèles commerciaux sur le thème du recyclage, et les étudiants en communication pourront mettre sur pied diverses campagnes. De cette façon, tout le monde participera à la construction d’une société plus écologique", estime Dingemans.