Homans veut retirer la reconnaissance et les subsides d’une mosquée de Louvain

La ministre-présidente flamande Liesbeth Homans (N-VA) a engagé une procédure pour que la mosquée Al Ihsaan à Louvain ne soit plus reconnue officiellement et ne reçoive plus de subsides, relèvent vendredi De Morgen et Het Laatste Nieuws. Selon Liesbeth Homans un enseignement salafiste y serait dispensé.

Cette mosquée avait été critiquée en 2017 après les déclarations d'un imam justifiant la violence physique envers les femmes. Le lieu de culte avait alors été fermé préventivement.

Depuis décembre, l'homme est à nouveau actif dans la mosquée. Il y aurait, selon la ministre-présidente, de sérieux éléments indiquant que l'établissement ne respecte pas les critères de reconnaissance pour bénéficier de subsides. Des cours y seraient notamment dispensés par une organisation salafiste.

Liesbeth Homans a envoyé une lettre à l'exécutif des musulmans, la direction de la mosquée, les conseils communaux de Louvain et de Herent ainsi qu'à la province du Brabant flamand. Ces instances ont 60 jours pour rendre un avis, après quoi une décision sera prise sur le maintien ou non de la reconnaissance.

C'est la deuxième fois que Mme Homans lance une telle procédure concernant une mosquée, après un autre cas à Beringen. L'établissement, la mosquée Fatih, avait finalement perdu sa reconnaissance officielle.

Il y a actuellement 27 mosquées reconnues en Flandre. Liesbeth Homans ne partage pas l'idée que cette reconnaissance serait le meilleur moyen pour garder le contrôle sur le fonctionnement des mosquées : "Le retrait de la reconnaissance signifie, d'une part, qu'elles perdent leurs subventions. Mais elles perdent aussi leur légitimité, ce qui, espérons-le, les rendra moins attrayantes pour les musulmans qui vont à la mosquée ", ajoute-t-elle.

De plus, il n'est pas encore certain que la mosquée de Louvain perde sa reconnaissance, et donc aussi ses subsides. "La procédure est maintenant enclenchée, ajoute Liesbeth Homans, "mais au moins je trouve très important ce qui a été mis au jour".

L'exécutif musulman discutera du problème avec le conseil d'administration de la mosquée de Louvain, mais ne veut pas réagir pour le moment. Le bourgmestre de Louvain Mohamed Ridouani (SP.A) souhaite également procéder à un examen approfondi du dossier.