Le nouveau festival anversois Iffa porte plainte contre un faux festival du film

L’International Film Festival Antwerpen Belgium (IFFAB), annoncé pour octobre 2020, est en train de récolter les inscriptions de réalisateurs de films via la plateforme FilmFreeway.com. Rien de plus normal, en soi, si ce n’est que ce festival n’existe sans doute pas, comme l’a découvert le magazine Knack Focus lundi. Le nouveau festival anversois du film International Film Festival Antwerpen (Iffa), dont la première édition aura lieu en mars 2020, a déposé plainte contre x.

Il y a un mois on apprenait qu’après plus de 30 ans, Anvers accueillera à nouveau dès 2020 un festival du long métrage aux ambitions internationales. La première édition de l'International Film Festival Antwerpen (Iffa.) se déroulera l'an prochain du 10 au 15 mars et veut compléter le calendrier des rendez-vous cinématographiques flamands tels que les festivals de Gand et Ostende, tout en mettant l'accent sur la diversité.

L'Iffa vise pour sa première édition quelque 40.000 visiteurs sur les six jours, pour 200 projections de 50 films belges et étrangers. A long terme, les organisateurs souhaitent en faire un événement de 10 jours aux accents internationaux. "Anvers mérite un grand festival du film: la ville a toujours aimé le cinéma et a été le berceau d'acteurs et réalisateurs réputés", soulignait Bart Vandesompele, co-organisateur et ancien directeur du festival de Gand, lors de la présentation du nouveau festival le 26 juin dernier.

Pour la programmation, il faudra patienter jusqu'à l'automne mais, selon les organisateurs, la salle Reine Elisabeth (photo) sera le théâtre de plusieurs événements lors du festival, comme la remise des DIVA's, de nouveaux prix internationaux autour de la diversité. "Nous voulons être un vrai festival de ville et nous privilégierons donc plusieurs lieux à un seul", ajoutait fin juin l'administrateur délégué Ben Geysen. Le festival du film veut diffuser tant des "grands succès de qualité" que des "œuvres intimes".

Un "faux festival", pratique courante dans l’industrie du cinéma

Le magazine belge Knack Focus découvrait ce lundi que sur la plateforme des festivals FilmFreeway.com, via laquelle les réalisateurs peuvent inscrire leurs œuvres à des festivals spécialisés, circulait depuis quelques jours une invitation à un deuxième festival anversois du film, baptisé International Film Festival Antwerpen Belgium (IFFAB).

Ce festival est annoncé pour octobre 2020. Les réalisateurs sont invités à y inscrire leurs films et à verser pour cela une somme allant jusqu’à 75 dollars (67 euros), dépendant de la longueur de leur film.

Or dans le secteur cinématographique flamand, personne n’a jamais entendu parler de l’IFFAB. Le Fonds audiovisuel flamand (VAF) n’est au courant de rien. A cela s’ajoute que l’hôtel anversois, où ce festival devrait avoir lieu, tombe également des nues : aucun événement cinématographique n’y est prévu en octobre 2020.

Les organisateurs de l’Iffa concluent donc qu’il s’agit "plus que vraisemblablement" d’un faux festival, qui tente d’abuser de la confiance de jeunes réalisateurs.

L’Iffa porte plainte

"Dès que nous avons été mis au courant de l’annonce d’un festival du film dont le nom ressemble étrangement à celui de notre propre festival, nous avons étudié l’affaire et conclu qu’il s’agissait d’un faux", indique Ben Geysen de l’Iffa.

L’association Calicot, qui organise le festival Iffa en mars prochain, porte plainte contre x. Quant à la plateforme FilmFreeway.com, elle a retiré de son site l’invitation de l’IFFAB.

"Malheureusement, cette sorte de pratique est courante dans l’industrie du cinéma", indique Ben Geysen. "FilmFreeway.com fait tout ce qu’elle peut pour éviter ce genre d’incident, mais certains arrivent tout de même encore à passer entre les mailles du filet".