foto Peter Hilz (C)

Le réseau 4G sera saturé en 2022 à Bruxelles, estime Agoria

Si l’on en croit la projection de la Fédération des opérateurs télécoms, le réseau de la quatrième génération des standards pour la téléphonie mobile (4G) sera saturé en 2022 dans la capitale belge. Agoria estime d’autre part qu’avec la 5G "Bruxelles peut devenir capitale numérique de l’Europe en 2025".

Si la norme n'évolue pas, la congestion du réseau mobile sera totale dans les trois années à venir, à politique inchangée et aux heures les plus chargées de la journée (par exemple 8 h et 17 h autour des gares...).

D’après les projections d'Agoria, début 2020, la congestion s'étend aux environs du palais de justice/Louise, au quartier d'affaires Arts/Loi, au quartier européen. En 2021, la tache rouge continue à grignoter la carte. Tout le Pentagone et le quartier européen sont paralysés ainsi qu'une bonne partie des communes de Saint-Gilles, Forest, Saint-Josse, Ixelles, Etterbeek, Molenbeek, Anderlecht, Schaerbeek, à savoir les communes les plus peuplées de Bruxelles.

Au premier semestre 2022, pratiquement tout le territoire de la Région bruxelloise sera congestionné. Seules quelques zones peu ou pas urbanisées comme la forêt de Soignes, l'extrémité ouest d'Anderlecht (Neerpede), des parties de Neder-over-Hembeek et Haren échapperont au phénomène.

Ajouter de nouvelles antennes pourrait constituer une solution, selon un expert sous couvert de l'anonymat. Mais en pratique, il est très difficile de trouver de nouveaux sites (en ville) pour implanter des antennes étant donné les restrictions urbanistiques, la difficulté à convaincre des propriétaires de louer un emplacement, l'opposition de la population, pointe l’expert.

Bruxelles, capitale numérique de l'Europe ?

Agoria a salué la "saine ambition" du nouveau gouvernement bruxellois de voir Bruxelles devenir capitale européenne de la culture en 2030, mais Bruxelles peut déjà devenir capitale numérique de l'Europe d'ici 2025, estime la Fédération de l'industrie technologique, qui souligne l'importance de déployer la 5G.

Les négociateurs pour la formation d'un nouveau gouvernement bruxellois ont, d'après Agoria, confirmé l'exécution du protocole d'accord signé entre le gouvernement précédent et les opérateurs télécoms pour permettre le lancement de la 5G. Ce protocole d'accord prévoit un assouplissement de la norme d'émission jusqu'à 14,5 V/m. "Ceci constitue déjà une réponse à la saturation actuelle du réseau 4G et un premier pas pour permettre le lancement du réseau 5G à Bruxelles", estime René Konings, responsable chez Agoria.

"Cela demeure toutefois encore insuffisant pour le déploiement d'un réseau 5G complet, comme l'a souligné récemment l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (l'IBPT) dans ses conclusions (...) Idéalement, il faudrait adopter, selon l'IBPT, la norme internationale, recommandée par l'Union européenne (41,2V/m)."

La fédération patronale rappelle par ailleurs qu'à politique inchangée, plus de 62.000 postes vacants ne seront pas pourvus dans les 10 prochaines années à Bruxelles. Face à la nécessité "de mettre tout le monde au travail", Agoria juge que "l'accord de gouvernement contient de bonnes intentions en la matière", mais que "tout dépendra de leur concrétisation."

Agoria souligne aussi les ambitions du nouveau gouvernement bruxellois en matière de rénovation et de renouvellement du parc de logements alors que les bâtiments représentent deux tiers des émissions de gaz à effet de serre dans la région capitale.