AFP or licensors

La Belgique suspend son soutien à l’agence de l’Onu pour les réfugiés palestiniens

A la suite de révélations faisant état de mauvaise gestion et d’abus d’autorité qui auraient été commis au plus haut niveau de cet organe, la Belgique a décidé de suspendre ses contributions financières à l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa). C’est ce qu’a expliqué le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, cité par l'hebdomadaire flamand 'Knack'.

Un rapport interne à l'Unrwa, mentionné par la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera et par l'Agence France Presse, fait état de mauvaise gestion et d'abus d'autorité qui auraient été commis au plus haut niveau de cette agence onusienne. Ce rapport, émanant du département éthique de l'Agence, a été envoyé au Secrétaire général de l'ONU, António Guterres.

Il décrit comme "crédibles et corroborés" de graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants, dont le commissaire général de l'agence, le Suisse Pierre Krähenbühl. Selon l’hebdomadaire flamand 'Knack', le ministre sortant Alexander De Croo a annoncé la suspension de ses contributions à l'UNWRA.

"Dans l'attente de l'enquête indépendante (en cours), nous allons geler les autres paiements", a expliqué le ministre au magazine. Il s'agit d'une contribution additionnelle de 5,35 millions d'euros et non de la contribution fixe de 6,25 millions déjà versée plus tôt dans l'année. L'UNWRA organise ce vendredi une conférence des donateurs à Jérusalem, où la Belgique sera représentée.

"Nous allons jeter un regard critique sur le rapport", a déclaré Alexander De Croo. "Si les affirmations sont correctes, c'est totalement inacceptable. Ce n'est pas parce que vous défendez une bonne cause que vous pouvez faire ce que vous voulez". Plus tôt dans la semaine, les Pays-Bas et la Suisse avaient également décidé de suspendre leurs contributions à l'agence onusienne.