2019 Getty Images

Remco Evenepoel crée la sensation en remportant la Clasica San Sebastian

Le Brabançon flamand de 19 ans (photo), membre de l’équipe cycliste Deceuninck-Quick Step, a remporté samedi en solitaire sa première course du World Tour, la 39e Clasica San Sebastian, au Pays Basque. Le champion olympique Greg Van Avermaet (CCC) a fini deuxième et le Suisse Marc Hirschi (Sunweb) troisième. Jelle Vanendert (Lotto Soudal), septième, a également terminé dans le top 10.

Un coureur en forme de Tour ou un outsider plus frais? C'est la question-clé que l'on se pose traditionnellement à propos de la Clasica San Sebastian, une course qui se joue dans les collines du Pays Basque. L'exigeant Tour de France ne s'est pas révélé être la meilleure préparation: Julian Alaphilippe, favori et tenant du titre, a abandonné après 90 kilomètres et Egan Bernal, Adam Yates, Mikel Landa et Laurens De Plus n'ont pas fait mieux.

Le parcours de 227 kilomètres a été fortement redessiné. L'ascension-clé d'il y a des années, le Jaizkibel, n'a même pas eu droit à la retransmission télévisée en direct. Markel Irizar, qui a fait ses adieux avec style en tant que professionnel, Koen Bouwman, Josef Cerny, Angel Madrazo, Felix Grossschartner, Grega Bole, Cyril Lemoine, Jon Irisarri et Fernando Barcelo ont fait la course en tête. Barcela a été le dernier rescapé de ce groupe de neuf: il n'a été repris qu'en vue des deux dernières côtes escarpées.

Deceuninck-Quick Step s'est mis en évidence, mais c'est surtout l'équipe Movistar qui a mis son empreinte sur la course en faveur du champion du monde Alejandro Valverde. Ses coéquipiers ont encore aminci le peloton sur le Mendizorrotz, la version la plus longue de la montée finale.

Remco Evenepoel en a été l'une des victimes, mais il a réussi à retrouver sa place dans la descente. A 20 km de l'arrivée, le jeune Belge est sorti du groupe de tête, accompagné du Letton Toms Skujins (Trek-Segafredo), avant de lâcher son compagnon d'échappée dans les passages les plus corsés de l'ascension finale du Murgil Tontorra. Malgré la poursuite organisée par Astana et Movistar, Evenepoel comptait alors une quarantaine de secondes d'avance sur les favoris restants en course, dont trois Espagnols, son coéquipier Enric Mas et les deux de Movistar, Valverde et Landa.

Le retour en flamme des autres grands noms n'a pas eu lieu. Valverde, deux fois vainqueur de la Clasica, a bien tenté une accélération à 700 m du sommet du Murgil, dans des passages à plus de 15%. Mais rien n'y a fait, le groupe de favoris a basculé avec, toujours, cette quarantaine de seconde de retard sur Evenepoel, qui a fait une descente sérieuse avant de franchir la ligne d’arrivée avec 38 secondes d'avance sur ses poursuivants.

2019 Getty Images

"Incroyable"

Evenepoel (19 ans et 190 jours) devient le troisième plus jeune coureur vainqueur d'une grande course d'un jour. Seuls Victor Fastre (18 ans et 362 jours, en 1909) et Georges Ronsse (19 ans et 102 jours) ont fait mieux en remportant Liège-Bastonne-Liège. Avant lui, Claude Criquielion (1983) et Philippe Gilbert (2011) avaient également inscrit leur nom au palmarès de l'épreuve.

Greg Van Avermaet a pris la deuxième place devant Hirschi, Gorka Izagirre et Bauke Mollema. Valverde a finalement dû se contenter de la 10e position et Skujins de la 13e.

Remco Evenepoel a remporté samedi sa première victoire classique, surprenant le monde mais aussi lui-même. C'est ce qui est clairement apparu lors de sa réaction éclair immédiatement après l'arrivée."Je n'arrive pas à le croire", a en effet déclaré Evenepoel en secouant la tête tout le temps. "Je ne me sentais pas bien pendant toute la course et c'était un gros risque d'attaquer si tôt. Mais je savais combien d'énergie je pouvais mettre dans l'ascension."

Evenepoel est le plus jeune vainqueur de la Clasica San Sebastian. "Honnêtement, c'était un rêve de gagner cette course une fois dans ma carrière. Et je le fais lors de ma première année. Je n'arrive pas à y croire. Je ne sais pas quelle est ma limite. Je ne m'attendais vraiment pas à ça."

2019 Getty Images
Greg Van Avermaet (à g.) et Remco Evenepoel (à dr.) sur le podium 2019 Getty Images