Groen tend la main au formateur flamand : "Nous sommes prêts à négocier"

Björn Rzoska, chef du groupe de Groen au Parlement flamand, déclare que son parti est toujours disposé à négocier pour faire partie du prochain gouvernement flamand. "Je trouverais très étrange que Bart De Wever forme un gouvernement sans vainqueur", souligne-t-il. Et ces gagnants sont le Vlaams Belang, le PTB et Groen. 

Björn Rzoska a répété son appel lancé dans Het Laatste Nieuws lors de l’émission "De ochtend" sur Radio 1.  "Je trouverais très étrange que Bart De Wever forme un gouvernement flamand sans vainqueur", déclare Björn Rzoska. "Étant donné que personne ne veut naviguer avec le Vlaams Belang, que le PTB s'est lui-même mis à l'écart, je pense que Bart De Wever peut au moins mener les discussions avec nous en profondeur. Nous sommes toujours prêts à nous asseoir à la table et à négocier avec eux afin de mettre en place un gouvernement flamand."

Pour l'instant, il semble que le gouvernement flamand ne sera composé que de partis perdants. On parle d'une coalition bourguignonne (N-VA, Open VLD et SP.A) ou d'une continuation de la coalition suédoise (N-VA, Open VLD et CD&V). Tous ces partis ont "reçu des coups", estime Björn Rzoska.

Groen a quant à lui enregistré une petite victoire et, selon le député flamand, son parti n'a jamais opposé son veto à la N-VA après les élections de fin mai, seulement contre le Vlaams Belang : "Nous avons toujours été impliqués et nous nous sommes montrés constructifs. Nous restons également constructifs, car nous pensons que les Flamands veulent des changements dans les domaines du climat, de la politique sociale et de l'intégration." 

Seulement deux conversations

Immédiatement après les élections, le parti a été invité par Bart De Wever. "Il s'agissait de deux conversations […] avec la promesse que nous serions tenus au courant. Après ça, nous n'avons plus eu de nouvelles de la part de Bart De Wever. Pour moi, cela montre peu de respect, mais nous restons prêts à vivre un accord ambitieux pour la Flandre", commente Björn Rzoska.

Le chef de file au Parlement flamand voit également des similitudes entre son parti et la N-VA. "En ce qui concerne l'aménagement du territoire, la chaleur des dernières semaines, etc., je pense que beaucoup de gens se rendent compte qu'il faudra procéder autrement. Nos positions ne sont pas si éloignées de celles de la N-VA.  En ce qui me concerne, la politique de lutte contre la pauvreté, l'intégration et l'innovation politique sont des domaines dans lesquels on peut progresser, à condition de mener des négociations fermes. Nous pouvons faire des propositions à ce sujet. Je reste frustré que ces deux seules conversations n'aient pas eu de suivi."