JIM WEST/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Des ONG demandent à la Belgique de cesser d’utiliser des biocarburants

Les organisations non-gouvernementales Oxfam-en-Belgique, 11.11.11, Fian et CNCD-11.11.11 demandent au gouvernement belge d'ajuster ses objectifs nationaux concernant les biocarburants, dans un communiqué commun publié ce jeudi. Le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), publié ce jeudi également, confirme en effet que la production à grande échelle de biocarburants - ou agrocarburants - a un impact négatif sur la sécurité alimentaire mondiale et la pauvreté.

Le Plan National énergie-climat (PNEC) belge prévoit pourtant d'augmenter la part des biocarburants, soulignent les ONG qui demandent aux autorités de revoir leurs objectifs avant que le PNEC "ne soit finalisé à la fin de l'année".

Le nouveau rapport spécial du Giec - dévoilé ce jeudi à Genève et qui examine de nombreux aspects liés à l'utilisation des terres et au climat - affirme que la production à grande échelle des agrocarburants aggrave la faim dans le monde. Il est indispensable de revoir la façon dont sont utilisées et cultivées les terres dans le monde et repenser nos habitudes de consommation afin d'assurer à la fois la sécurité alimentaire des Terriens et la lutte contre le réchauffement climatique, averti notamment le groupe d'experts de l'ONU pour le climat. Le Giec plaide pour des actions "à court terme" contre la dégradation des sols, le gaspillage alimentaire ou les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole.

"Miser sur une production massive de biocarburants entrainerait une compétition avec les secteurs de l'agriculture et de l'élevage, et contribuerait à la dégradation des sols et à la désertification. Des risques qui constituent une menace pour la sécurité alimentaire et l'approvisionnement en eau, surtout pour l'Afrique subsaharienne et l'Asie du sud", précisent les organisations non-gouvernementales belges.

La proposition de Plan National énergie-climat que la Belgique a soumise à la Commission européenne en décembre 2018 prévoit que la part des biocarburants dans les transports belges soit portée à 14% en 2030, alors qu'elle était de 5,5% en 2017. Parmi ces 14%, le PNEC prévoit d'atteindre un objectif de 7% d'agrocarburants produits à partir de cultures destinées traditionnellement à l'alimentation, bien que ce seuil ne soit pas une obligation européenne, selon les ONG.

"La Belgique agit en dépit des preuves scientifiques démontrant que les biocarburants non-durables constituent une fausse solution, ils émettent plus de gaz à effet de serre que les combustibles fossiles, avec des conséquences sociales et environnementales bien pires encore", regrette le communiqué.

Pour rappel, les agrocarburants ou biocarburants sont des carburants liquides obtenus principalement à partir de produits agricoles : maïs, blé, canne à sucre ou betterave sucrière dans le cas de l'éthanol, et colza, soja, huile de palme ou autres oléagineux dans le cas du biodiesel.

Piet den Blanken