Nadruk verboden. Foto: Rob Voss www.robvoss.nl

Le chômage économique augmente, pour la première fois depuis la crise de 2012

Le chômage temporaire pour raisons économiques a sensiblement augmenté au deuxième trimestre de cette année par rapport à la même période en 2018. C’est la première fois depuis la crise dans la zone euro en 2012-2013, indiquent les chiffres publiés vendredi par l'Office national de l’emploi (Onem).

Pendant des années, le chômage économique a été en baisse en Belgique, mais fin 2018 et au premier trimestre de cette année, le nombre de jours de chômage temporaire indemnisé a légèrement augmenté. De l’ordre de +0,2% et +2,5%.

Au deuxième trimestre de cette année, quelque 886.163 jours de chômage temporaire pour raisons économiques - contre 796.215 jours indemnisés au deuxième trimestre 2018- ont été dénombrés. Cela représente une croissance claire de 8,8%.

Indicateur

"L’augmentation du chômage technique temporaire est un bon indicateur pour un éventuel revirement sur le marché de l’emploi", précise Edward Roosens, économiste en chef de la Fédération des entreprises belges. "Le chômage économique et le travail intérimaire sont typiquement les premiers indicateurs sur le marché de l’emploi que la situation devient moins favorable".

"La croissance ralentit depuis quelques temps. En Allemagne, elle est même totalement à l’arrêt, ce qui pèse évidemment sur l’activité économique en Belgique. Il y a donc un certain nombre d’entreprises qui commencent à avoir un manque de travail ou de commandes. Le chômage économique est alors toujours la première mesure qui est appliquée pour tenter de faire face à la situation", précise Edward Roosens.