BELGA

Il reste de l’amiante dans certains bâtiments fédéraux

Au cours des cinq dernières années, quelque 56 bâtiments des autorités fédérales ont été désamiantés. Ce qui correspond à un bâtiment public sur dix, selon les chiffres de la Régie des bâtiments. Mais il reste de nombreux bâtiments encore en proie à l’amiante. Cette année, plus de 450.000 euros seront investis dans la rénovation de la Bibliothèque royale de Belgique (photo) à Bruxelles, dont l’installation de chauffage est infestée d’amiante.

Entre 2014 et 2018, la Régie des Bâtiments a dû intervenir dans 104 bâtiments de l'Etat (environ 10% de son patrimoine immobilier), soit pour y faire des mesures, soit pour l'élimination complète de l'amiante. Il s’agit d’un chiffre minimum puisqu'il ne tient pas compte des interventions dans les immeubles publics qui ont fait l'objet de rénovation globale.

Les bâtiments publics concernés sont répartis environ de façon égale entre les trois Régions : 23 d’entre eux se trouvent à Bruxelles, 17 en Wallonie et 16 en Flandre. Mais en ce qui concerne les coûts, on a désamianté davantage à Bruxelles (pour 780.000 euros) qu’en Wallonie (700.000 euros) ou en Flandre (187.000 euros).

"C’est à Bruxelles que se trouvent les bâtiments les plus anciens et les touchés par le temps", explique Johan Vanderborght, responsable de la communication à la Régie des bâtiments.

La liste des bâtiments concernés reprend les casernes de police d'Etterbeek, le Théâtre royal de la Monnaie, l'Institut royal d'aéronomie spatiale de Belgique (IASB), notamment.

La Bibliothèque royale à Bruxelles (photo principale), sur le Mont des Arts, subit actuellement de gros travaux de désamiantage pour un montant de 450.000 euros. L’installation de chauffage de la Bibliothèque royale, des Archives d’Etat et du Musée des Beaux-Arts sera en effet rénovée. "Cette installation est ancienne et son isolation contient de l’amiante. Nous allons l’éliminer. Les travaux devraient être terminés cet hiver", précisait Johan Vanderborght.