De plus en plus de Belges frappent à la porte des Banques alimentaires

Au cours de ces six derniers mois, les Banques alimentaires sont à nouveaux venues en aide à un nombre record de personnes en situation de pauvreté. Au total, près de 170.000 Belges sont aujourd'hui bénéficiaires de l'aide alimentaire. Ce qui représente une augmentation de plus de 6 %. 

Durant les six premiers mois de 2019, 169.642 personnes ont frappé à la porte des Banques alimentaires, soit 6,6% de plus que pour toute l'année 2018, ces personnes sont envoyées par le CPAS de leur commune (Centre public d'action sociale).

Or, avec le remaniement du programme européen d'aide alimentaire, les neuf Banques alimentaires du pays risquent de perdre plus de 40% de leur budget, s'inquiète vendredi la fédération qui les regroupe.

Aujourd'hui, le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) représente près de la moitié de l'approvisionnement des Banques alimentaires. Mais la Commission européenne souhaite intégrer le FEAD au Fonds social européen (FSE+) à partir de 2021. Les Etats membres seraient obligés d'attribuer minimum 2% de ce fonds à l'aide alimentaire, et seraient uniquement incités à relever ce taux à 4% pour rester au niveau des programmes actuels.

Le Parlement européen doit encore se prononcer sur cette proposition cet automne. Mais "selon les calculs de l'organisme officiel SPP-Intégration sociale, elle aurait de lourdes conséquences pour la Fédération belge des Banques alimentaires si les autorités belges venaient à se contenter du minimum de 2% imposé par l'Europe. Dans ce cas, les 88 millions d'euros d'aide alimentaire européenne actuels, sous la forme de produits de base, seraient réduits à 52 millions d'euros", craint le président de cette fédération, Piet Vanthemsche. "La diversité et l'équilibre nutritionnel de notre offre de nourriture en pâtiraient également."

Alors que le nombre de bénéficiaires de l'aide alimentaire augmente chaque année et a déjà dépassé celui de l'an dernier, les Banques alimentaires interpellent le monde politique. "Nous appelons les responsables politiques belges, quels qu'ils soient une fois que nous serons sortis de l'impasse politique, à attribuer les 4% du budget total du FSE+ proposés par la Commission européenne à l'aide alimentaire. C'est la seule façon d'au moins maintenir le budget actuel accordé à l'aide alimentaire", plaide Jef Mottar, administrateur délégué de la Fédération belge des Banques alimentaires.