Formation flamande : les principaux négociateurs se retrouvent aujourd’hui

Les principaux négociateurs flamands se réunissent ce jeudi après-midi à l'Hôtel Errera à Bruxelles, pour prendre les décisions que les 15 groupes de travail ne sont pas parvenus à prendre. Environ deux tiers de ces groupes de travail ont déjà bouclé leurs dossiers. La fumée blanche n'est toutefois pas encore attendue aujourd'hui, mais il est toujours prévu que le formateur Jan Jambon (N-VA), puisse présenter, en tant que ministre président, sa déclaration de gouvernement lors de la session d'ouverture du Parlement flamand le 23 septembre.

Le 13 août dernier, le formateur Jan Jambon réunissait pour la première fois les négociateurs N-VA, CD&V et Open VLD pour la formation d'un gouvernement flamand. Par la suite, 15 groupes de travail se sont également réunis pour se pencher sur des thèmes spécifiques comme l’enseignement, la citoyenneté ou la mobilité.

De nombreuses avancées ont été réalisée au cours de ces trois dernières semaines : selon Belga, une dizaine de ces sous-groupes ont à présent bouclés leur dossiers. Mais il y aurait encore de sérieux "noeuds à trancher", confie-t-on auprès du CD&V.

Un point sensible porte notamment sur les finances et le budget flamand. D'ici jeudi, les négociateurs disposeront de chiffres plus précis sur le déficit que le prochain gouvernement aura à gérer.

Le nouveau gouvernement flamand devra rechercher plus de 600 millions d’euros l’an prochain pour maintenir l’équilibre budgétaire flamand, la promesse d’un bonus d’un milliard d’euros a entre-temps disparu.

Or le futur gouvernement s’est montré ambitieux et veut se lancer dans des investissements. Comme Bart de Wever ne veut pas augmenter les impôts, il faudra donc consentir des économies et faire des choix.

Le groupe central des négociateurs, qui rassemble Bart De Wever (N-VA), Wouter Beke (CD&V) et Gwendolyn Rutten (Open VLD), devrait se réunir à partir de jeudi durant plusieurs jours.

Si tout se passe comme prévu la Flandre aura un nouveau gouvernement avant le 23 septembre, soit près de 4 mois après les élections du 26 mai.

Le 1er juillet, Bart De Wever, président de la N-VA et ancien informateur avait décidé de mettre sur pause les négociations en Flandre en attendant plus de clarté au niveau fédéral. Cette avancée n’ayant pas eu lieu, De Wever a décidé le mois dernier de renoncer au Vlaams Belang, le grand vainqueur des élections comme partenaire de sa future coalition. Et a définitivement opté pour une poursuite de la coalition précédente composée de la N-VA, du CD&V et de l’Open VLD.

L'objectif est toujours été d'aboutir à une nouvelle majorité d'ici au 23 septembre, jour où le ministre-président flamand doit prononcer sa déclaration de rentrée devant le Parlement flamand.

Les plus consultés