Le nombre de cas de trafic d’êtres humains découverts dans des aéroports belges a doublé

L’an dernier, quelque 71 dossiers pour trafic d'êtres humains ont été ouverts dans les aéroports belges, contre 37 en 2017 et 11 en 2016. C’est ce qu’indique ce vendredi le quotidien De Tijd. L’information a été confirmée à la rédaction de VRT NWS. Vingt-trois personnes ont été arrêtées dans ce cadre en 2018.

La plupart des cas se sont produits à Brussels Airport. La hausse de ces dossiers est liée au screening des passagers qui sont effectués depuis avril 2018 dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

L'alerte est souvent donnée pour des personnes impliquées dans des dossiers de trafic d'êtres humains, indique le ministre de l'Intérieur Pieter de Crem (CD&V). Il y a quelques semaines, un homme d’une vingtaine d’années originaire du Nigéria était condamné à 2 ans de prison pour trafic d’être humain. Il avait accompagné un autre homme, muni de faux papiers, jusqu’en Belgique, en passant par Athènes.

Par ailleurs, les chiffres de la police fédérale indiquent que la délinquance est en baisse à Brussels Airport. En moyenne, deux déclarations de vol sont effectuées par jour à Zaventem (704 procès-verbaux sur l'année 2018). En 2015, la police fédérale avait constaté 870 vols. En deux ans, le recul est donc de 19%.