Les producteurs laitiers veulent réduire la production de méthane de leurs vaches

La coopérative laitière Milcobel - qui représente presque la moitié de tous les producteurs laitiers flamands - et l'Institut flamand de recherche agricole Ilvo ont décidé d'entamer une collaboration pour rendre plus durable la production laitière. Le but est de produire 30% de gaz à effet de serre en moins d’ici 2030. Les deux partenaires ont signé vendredi un accord de collaboration en matière de recherche. Une exploitation laitière de Merchtem, dans le Brabant flamand, fera office d'exploitation-pilote et d'exemple pour le secteur.

En 2019, l'agriculture flamande représentait 9% du total des émissions de gaz à effet de serre au nord de la Belgique. La part du secteur laitier s'élève quant à elle à 4%, dû avant tout au méthane expulsé par les vaches.

La coopérative Milcobel veut faire baisser ce pourcentage. L'Institut flamand de recherche agricole propose trois pistes pour améliorer la durabilité de l'élevage laitier. Il y a d'abord l'alimentation des vaches laitières - en remplaçant par exemple la ration traditionnelle de tourteaux de soja par des résidus de l'industrie alimentaire comme des drêches (résidus du brassage des céréales) ou des tourteaux de colza.

Une deuxième piste est l'utilisation d'additifs alimentaires permettant de réduire jusqu'à un quart les émissions de méthane des vaches. Enfin, des solutions innovantes peuvent être trouvées en matière de management. Réduire de 26 à 24 mois l’âge à partir duquel une vache a son premier veau permet par exemple de remplacer les vaches laitières moins rapidement et de réduire les émissions de méthane.