ZNAM/EurekaSlide

Belgoprocess tire la sonnette d’alarme: "Il n’y a plus d’espace pour les déchets nucléaires radioactifs"

Les bunkers pour le stockage des déchets nucléaires faiblement radioactifs sont pleins, rapportent samedi L'Echo et De Tijd. Belgoprocess, la société publique responsable de ces déchets, avertit dans son rapport annuel qu'une solution doit être trouvée rapidement.

Le bunker de stockage de Dessel pour les déchets faiblement radioactifs est pratiquement plein. Avec 50.000 fûts, il n'y a plus de place pour les déchets des prochaines années. "Le manque de place est sérieux. Il n’y a plus d’espace pour les déchets des prochaines années. C’est pourquoi nous tirons la sonnette d’alarme", souligne le porte-parole de Belgoprocess, Bart Thieren.

L’organisme commence dès lors à construire 5.000 fûts supplémentaires dans lequel 7 millions d’euros sont investis. Cette annexe doit servir de tampon dans l'attente d'une solution définitive, et doit être livré pour la fin de l'an prochain. Les déchets concernés sont par exemple des vêtements de protection qui ont été contaminés ou encore du matériel industriel. "Ces déchets radioactifs peuvent rester nocifs pendant 300 ans", souligne Bart Thieren.

D'ici là, des alternatives devront être trouvées. Une installation définitive devait être prête en 2017, mais l'organe de surveillance du nucléaire, l'AFCN, a dû faire face à de nombreux écueils, de sorte que le permis de bâtir n'a pas encore été délivré. Une nouvelle demande a été introduite au début de l'année. Si tout se passe comme prévu, le bâtiment devra être prêt en 2024.