John Crombez (SP.A) est catégorique : "Johan Vande Lanotte ne sera pas le prochain Premier ministre"

A la question de savoir si l’informateur Johan Vande Lanotte pourrait devenir le prochain Premier ministre la réponse a été clairement non. Le président du SP.A John Crombez était interrogé ce lundi matin dans l’émission « De ochtend » (VRT). Il y a eu de nombreuses spéculations à ce sujet ces dernières semaines dans les couloirs du Parlement. Ce lundi après-midi les informateurs présenteront leur rapport final au Roi.

Qui sera le Premier ministre du prochain gouvernement fédéral ? Plus de 100 jours après les élections, de nombreuses spéculations circulent à ce sujet. Le nom de l'informateur Johan Vande Lanotte (SP.A) était souvent cité.

Ses atouts ? Il est membre de la plus grande famille politique du pays et, en tant qu'informateur, il a participé à la formation du gouvernement dès le début et dans le passé il a été plusieurs fois ministre et vice-Premier ministre

Ce lundi le président du SP.A John Crombez a refermé catégoriquement la porte "Johan Vande Lanotte ne sera certainement pas Premier ministre", a-t-il déclaré dans "De ochtend" (VRT).

"Johan Vande Lanotte et Didier Reynders ont été nommés informateurs il y a quelques mois avec comme objectif qu'ils puissent commencer leur mission l’esprit ouvert et neutre " ajoute John Crombez.

" Il n'est donc pas là pour faire partie du futur gouvernement. C'est clair. J'ai aussi entendu ces rumeurs. Mais la réponse à la question de savoir si c'est une possibilité pour lui de devenir Premier ministre ? La réponse est non, cela n'arrivera pas", conclut John Crombez.

Cet après-midi, les informateurs Reynders et Vande Lanotte se rendront chez le Roi. Ils y présenteront leur rapport final sur les négociations pour un gouvernement fédéral. Il est possible que leur mission soit ensuite prolongée pour la cinquième fois.

"Revoir le plafond salarial des patrons des entreprises publiques n'a pas de sens"

En ce qui concerne la discussion sur une éventuelle révision à la hausse du plafond salarial de 650.000 euros imposé aux patrons des entreprises publiques belges, John Crombez a estimé que cela n'avait pas de sens.

Dimanche, le président du conseil d'administration de Proximus, Stefaan De Clerck, a plaidé pour une adaptation de ce plafond qui constituerait, selon lui, un handicap pour trouver un successeur à Dominique Leroy, la CEO de l'entreprise qui a annoncé son départ la semaine passée.

Selon le président du SP.A, ce débat "n'est pas fondé". Pour John Crombez, le conseil d'administration doit suivre les règles déterminées par les actionnaires - donc, dans le cas de Proximus, les lois votées au parlement - et les entreprises publiques doivent continuer à montrer l'exemple.

Les discussions ne doivent pas tourner autour de la question du plafond salarial mais plutôt sur le coût des télécoms et sur la nécessité d'y investir dans les années à venir, a conclu John Crombez.