"Il se peut que le gouvernement flamand ne soit pas formé d’ici la date butoir du 23 septembre"

La probabilité qu'un gouvernement flamand ne soit pas formé d'ici le 23 septembre, date de la traditionnelle "déclaration de septembre" du ministre-président régional, est envisagée de plus en plus sérieusement dans les rangs des parlementaires, a reconnu jeudi le président du Parlement flamand Wilfried Vandaele (N-VA) sur Radio 1 (VRT). Le cadre budgétaire dans lequel travaillera le futur gouvernement doit encore être élaboré et il s'agit d'un point délicat, a-t-il notamment souligné.

Mercredi, plusieurs sources impliquées dans les négociations entre la N-VA, le CD&V et l'Open VLD ont laissé entendre que la date du 23 septembre n'était pas considérée comme incontournable. "Le contenu prime sur le timing", avaient-elles expliqué.

Wilfried Vandaele a désormais confirmé publiquement ces propos. "C'est encore possible de parvenir à un accord d'ici là, mais nous envisageons de plus en plus que ce ne sera pas le cas", a-t-il déclaré.

Le président du Parlement flamand espère toutefois que si la déclaration du 23 septembre devait être reportée, elle ne le sera que de quelques jours.

De leur côté, Groen et le SP.A, qui ne participent pas aux négociations gouvernementales, plaident quant à eux pour que le Parlement puisse commencer ses travaux, et ce même si un exécutif n'est pas encore formé. "Il est possible de tout de même interroger les ministres sur les décisions prises lors de la précédente législature et qui ont un impact aujourd’hui. Le Parlement se doit de le faire, en pleine compétence", a réagi le chef de groupe de Groen Björn Rzoska.

Les plus consultés