Le NarcoReader détecte la drogue avec plus de précision

Les services de douane et de police pourront bientôt détecter plus précisément et plus rapidement la présence de drogues illicites grâce à un nouvel appareil. Développé par des chercheurs de l'Université d'Anvers, le NarcoReader (photo) peut déterminer une substance en 40 secondes et avec une quasi-certitude.

La police et la douane qui gèrent les drogues illicites utilisent actuellement les tests couleur. En laissant l'acier réagir avec un autre produit chimique, un changement de couleur peut déterminer si, par exemple, une poudre blanche est effectivement de la cocaïne.

"Mais il existe plusieurs inconvénients", explique Karolien De Wael de l'Université d'Anvers, coordinatrice du projet. "Par exemple, certaines substances anodines donnent aussi une décoloration, tout comme la cocaïne. Le résultat est donc souvent - après un contrôle coûteux en laboratoire - un faux positif. L'exactitude du test de couleur pour la cocaïne n'est que de 70% environ."

L'Europe a donc investi 5,5 millions d'euros dans le projet Bordersens, que l'Université d'Anvers coordonne. Via un électrode, l'appareil envoie une petite impulsion électrique à travers l'acier. Le résultat apparaît sur smartphone ou tablette en 40 secondes.

En laboratoire, la nouvelle technologie a pu détecter la cocaïne avec une précision à 98%. En coopération avec des partenaires de divers pays européens, le NarcoReader sera désormais testé dans la pratique.