Disparition de Théo Hayez: la police australienne stoppe son enquête et transmet le dossier à la justice

La police australienne a transmis l'affaire de la disparition du Belge Théo Hayez au Coroner de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, officier de justice chargé de faire la lumière sur les causes de certains types de décès. Le jeune étudiant de 18 ans est porté disparu depuis le 31 mai et a été vu pour la dernière fois dans la station balnéaire de Byron Bay.

Théo Hayer, jeune homme de 18 ans originaire de Overijse, était en voyage en Australie depuis fin 2018. Il a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai dans la station balnéaire de Byron Bay alors qu'il devait retourner en Belgique début juin.

Son téléphone avait été enregistré par une borne le lendemain près du phare au nord-est de la localité. Sa disparition avait déclenché une importante investigation policière en Australie, appuyée par des recherches menées par des volontaires. L'enquête physique de la police australienne avait été suspendue début juillet, peu après la venue de trois policiers belges dans la localité.

Dimanche soir, près de trois mois après la disparition du jeune Belge, les proches du disparu, les volontaires et la communauté de Byron Bay se sont réunis sur une plage de Byron Bay lors d'une cérémonie baptisée "Light the night". Une centaine de personnes étaient présentes au coucher du soleil et de grandes fresques ont été dessinées dans le sable pour l'occasion.

Place à une longue procédure

Le bureau du Coroner a confirmé avoir reçu le dossier de la part de la police locale. Il appartient désormais à l'officier de justice de décider d'ouvrir ou non une enquête ("inquest"), un processus qui peut prendre plusieurs mois au minimum.

Une "inquest" prend la forme d'une audience pour examiner toute question non résolue. L'investigation du Coroner doit déterminer l'identité de la victime, et la date, l'endroit, les circonstances et les causes médicales d'un décès. Le rapport policier, compilant preuves et informations, va donc désormais être évalué par l'officier de justice pour que ce dernier puisse forger sa décision, a précisé une source au sein du bureau du Coroner.

"Quand la police transmet un dossier, le Coroner décide si une "inquest" doit être ouverte. C'est une longue démarche, chaque cas est différent donc il ne vaut mieux pas spéculer, cela peut prendre plusieurs mois avant qu'une décision soit formulée", explique cette source. Dans le cas d'une enquête sur une disparition, un rapport policier doit être soumis sous forme d'un "rapport policier sur décès suspecté".

"Conviction de décès"

"L'agent de police chargé de l'enquête doit rapporter l'affaire au Coroner une fois qu'il a la conviction que plus aucun autre devoir d'enquête ne peut être mené pour déterminer si la personne disparue est vivante ou décédée. Cela doit avoir lieu dès que l'enquêteur a la conviction que la personne disparue est décédée", détaille le site internet du bureau du Coroner de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud.

Maintenant que l'affaire a été transmise à l'officier de justice, l'enquête policière s'éteint, a indiqué une source policière précisant qu'il s'agit toutefois "d'une nouvelle étape dans l'investigation", désormais aux mains de la Justice. Il n'y a pas eu de nouveaux éléments versés au dossier, précise cette source. Elle ajoute par ailleurs ne pas disposer d'information au sujet des tests ADN qui devaient être menés sur une casquette retrouvée lors des recherches menées par les volontaires et similaire à celle portée par le jeune touriste.