Anvers : 25,5 millions d’euros d’amendes pour les infractions dans la zone de basse émission

Depuis qu'elle a instauré une zone de basses émissions (LEZ en néerlandais), en 2017, la ville d'Anvers a encaissé environ 25,5 millions d'euros d'amendes auprès d'automobilistes en infraction. Elle réinvestit ce montant partiellement dans l'entretien de la zone, rapportent ce mardi les quotidiens De Standaard, Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad.

Le nombre de véhicules polluants qui circulent dans le centre d'Anvers a drastiquement baissé depuis l'introduction de la zone de basse émission. En 2017, les infractions s'élevaient en moyenne à 244 par jour, contre 118 en 2018, soit 50% en moins.

Une tendance à la baisse qui s'est confirmée lors des quatre premiers mois de 2019, puisque les agents verbalisateurs n'ont émis en moyenne que 64 amendes par jour. En 2018, ces contraventions ont rapporté 10,8 millions d'euros aux caisses de la ville, un montant plus élevé qu'en 2017, qui s'explique par l'application des règles aux véhicules immatriculés à l'étranger également.

Ces véhicules étrangers ont d’ailleurs contribué, en 2018, à hauteur d’environ un tiers du montant récolté par la ville portuaire. La plus grosse partie de ce montant est ensuite réinvestie dans le fonctionnement et l'entretien de la LEZ, ainsi que dans le personnel et la communication.