Espoir pour les patients : des chercheurs à Gand découvrent où se cache le virus du sida

Des chercheurs de l'hôpital universitaire de Gand (UZ Gent) ont franchi une étape importante vers l'éradication du VIH à long terme et la guérison du sida, en découvrant sa cachette. Le virus est contrôlé aujourd'hui par traitements antirétroviraux, mais une rechute intervient en cas d'arrêt de prise de traitement. Avec cette découverte, les scientifiques espèrent à terme pouvoir éliminer le virus. Une nouvelle pleine d’espoir pour les patients du sida.

Les personnes atteintes du virus du sida peuvent mener une vie relativement normale à l’époque actuelle grâce aux derniers antirétroviraux. Cependant, des "réservoirs" de virus résiduel subsistent dans le corps, où le VIH est en état latent.

Il "se cache dans des cellules immunitaires du corps et reste donc sous le radar", expliquent les chercheurs Marie-Angelique De Scheerder et Linos Vandekerckhove. "Mais lorsqu'un patient cesse de prendre ses antirétroviraux, le virus peut revenir de ces cellules et provoquer une poussée, un rebond viral." Cette découverte scientifique a été présentée mardi à l’université de Gand.

Pour découvrir les cachettes du virus résiduel, les deux chercheurs ont fait appel à des patients qui étaient prêts à se faire tester. "Cela a été une période très intense pour ces patients. Chez onze d’entre eux, nous avons pris des échantillons, sous anesthésie générale. Nous avons fait des ponctions lombaires, ponctions de la moelle osseuse, une grande prise de sang et une biopsie des glandes lymphatiques", indiquait Marie-Angélique De Scheerder à VRT NWS.

Il en est ressorti que le virus résiduel se cache un peu partout. "On le trouve à tous les endroits où on le cherche : dans les glandes lymphatiques, l’intestin, la moelle osseuse, notamment. Ce qui explique que le virus refait surface quand on arrête le traitement", précise Linos Vandekerckhove.

Les scientifiques étudient maintenant si l’immunothérapie pourrait jouer un rôle dans la guérison définitive du sida.