© SWNS.com

La fraude sociale répandue dans les stations de lavage de voitures à la main

Si l’on en croit les résultats des contrôles effectués par l’inspection sociale l’an dernier - rapportés ce vendredi par plusieurs quotidiens flamands -, deux tiers des stations de lavage de véhicules à la main se rendraient coupables de fraude sociale. Les inspecteurs ont avant tout trouvé des travailleurs non déclarés, des faux indépendants et des sans-papiers qui y travaillaient, indique le ministre Philippe De Backer (Open VLD), responsable de la Lutte contre la fraude.

Deux ans après que le ministre De Backer (photo) ait annoncé un plan pour lutter plus sévèrement contre l’exploitation économique et la fraude sociale dans les stations de lavage de voitures à la main, le problème n’est toujours pas résolu. Au contraire.

Les contrôles renforcés qui ont été menés ont permis de constater des infractions dans 425 des 632 stations inspectées l’an dernier. "Il s’agit avant tout de travail non déclaré, de faux indépendants et de personnes en séjour illégal qui étaient mises au travail", précisait Philippe De Backer.

En 2016, il était apparu qu’un quart des stations de lavage contrôlées n’étaient pas en règle. Les contrôles renforcés ont permis de constater que le problème était d’ampleur plus large.

Secteur contrôlé depuis l’étranger

Il est apparu que le secteur du lavage de véhicules à la main est presque entièrement contrôlé par des sociétés étrangères et qu’il représente une plaque tournante pour le travail illégal et le trafic d’être humains. "On fonctionne avec des carrousels de sociétés belges et étrangères, afin d’échapper aux règles sociales, économiques et écologiques de notre pays", indique le ministre libéral.

Pour combattre le phénomène, divers services d’inspection collaborent, réagissait De Backer au micro de VRT NWS. "De façon préventive, nous décidons avec des administrations locales de ne pas accorder de permis d’exploitation. Et si un problème est constaté, les permis peuvent être très rapidement retirés".

L’association professionnelle belge du nettoyage de véhicules se dit satisfaite du renforcement des contrôles. "Nous espérons que les exploitants de stations de lavage à la main réaliseront ainsi qu’ils doivent eux aussi respecter la législation belge en la matière. Nous ne sommes pas opposés au lavage à la main, mais bien à la concurrence déloyale".