Contrôles de police aux abord des passages à niveau

A la demande d'Infrabel, des agents de police en civil vont effectuer une série de contrôles aux abords des passages à niveau pendant deux semaines, rapportent samedi les journaux De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg. Les personnes qui risqueraient une traversée interdite s'exposent à une lourde amende, voire à une peine de prison.

Près de 90 contrôles sont prévus lors des deux prochaines semaines dans tout le pays. Les agents de sécurité de Securail, la police des chemins de fer et la police locale agiront aux abords des passages à niveau les plus dangereux.

Toute personne prise en flagrant délit d'infraction risque une lourde amende, voire une peine de prison. Franchir un passage à niveau alors que la signalisation ne le permet plus est une infraction du premier degré qui peut coûter 80 euros au contrevenant et, selon les termes d'une nouvelle loi, jusqu'à 300 euros d'amende administrative ou mener à une peine de prison.

En cas de récidive, le tribunal de police peut infliger jusqu'à cinq ans de prison.