ROBIN UTRECHT

Courtrai interdit la vente de capsules de gaz hilarant dans les magasins de nuit et l'horeca

A partir du 1er octobre, la vente de capsules de gaz hilarant dans les magasins de nuit et les établissements horeca sera interdite à Courtrai (Flandre occidentale). Le bourgmestre Vincent Van Quickenborne (Open VLD) a pris un arrêté de police en ce sens mardi. Quiconque vendra ces ampoules contenant du protoxyde d'azote sera passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 350 euros.

Fin juillet, le bourgmestre avait pris un arrêté de police pour liumiter la consommation abusive du protoxyde d'azote. Une décision dictée après la découverte par la police dans un café de la ville de boîtes pleines de ces capsules vides.

Depuis, la police pouvait confisquer ces capsules lorsqu'’elle avait établi que le gaz était utilisé comme agent intoxicant. Au cours des derniers mois, de nombreuses capsules ont ainsi été confisquées. Dans une entreprise de restauration, la police avait confisqué jusqu'à 150 de ces ampoules.

Début septembre, c’est une photo prise dans un magasin de nuit de Courtrai qui a provoqué un scandale. "On y voyait des capsules de gaz hilarant vendues parmi les bonbons" a rappelé le bourgmestre Vincent Van Quickenborne. "En conséquence, nous avons enquêté pour voir ce que nous pouvions faire en tant que ville. Au début, nous pensions qu'il n'y avait rien à faire, mais puisqu’il y a un risque pour la santé publique, nous pouvions décider une interdiction," conclu le bourgmestre.

Sous réserve de l'approbation par le conseil communal, le bourgmestre a pris un deuxième décret interdisant la vente de protoxyde d'azote dans les magasins de nuit et les établissements heroca à partir du 1er octobre 2019.

"La police va vérifier tous les commerces. Ceux qui ne sont pas en ordre au 1er octobre peuvent se voir infliger une amende allant jusqu'à 350 euros", ajoute le maire.
Ces capsules de protoxyde d'azote sont de plus en plus utilisées par des adolescents, qui l’inhalent à l’aide d’un ballon pour ses effets euphorisant. Or, à forte dose, le protoxyde d'azote est dangereux pour la santé, voir mortel.