La KU Leuven étudie le lien entre flore intestinale et problèmes psychiques d'étudiants

L’Université catholique de Louvain a lancé ce lundi une étude de longue durée impliquant des étudiants et portant sur les liens entre la flore intestinale et la santé psychique. Les étudiants concernés seront suivis durant quatre ans par des scientifiques du laboratoire de bactériologie moléculaire et le Centre psychiatrique universitaire.

De plus en plus d'indications convergent ces dernières années vers l’existence possible d’un lien entre la santé psychique et le microbiote - l’ensemble des micro-organismes présents dans l'estomac et dans les intestins. Un récent projet de recherche auprès de 1.000 personnes a démontré que la présence de groupes spécifiques de micro-organismes corrélait avec dépression et état mental.

Il est également apparu que deux sortes de groupes de bactéries - Coprococcus et Dialister - faisaient défaut chez les personnes en dépression. "Nous voulons vérifier s'il est possible de prédire, à partir des bactéries intestinales, qui sera susceptible de développer des troubles psychiques", explique le chercheur Jeroen Raes du Laboratoire de bactériologie moléculaire.

"Cela a déjà été étudié chez les animaux mais beaucoup moins chez les humains. Nous avons choisi comme population les étudiants car ils connaissent souvent des problèmes émotionnels comme la dépression. Ils se trouvent dans une phase de leur vie qui est liée à un stress intense".

Les volontaires seront soumis chaque année à une analyse de selles et un test de salive, un examen médical et des questionnaires à remplir pour évaluer leur état psychologique. Ils seront suivis jusqu’à la fin de leurs études supérieures.

Le professeur Raes a écrit à tous les étudiants de première année à la KU Leuven, dans l’espoir que plusieurs centaines d’entre eux accepteront de prendre part à l’étude de longue haleine.

Jim Coote/Pixabay