Une compensation pour les militaires en mission à l’étranger ou en rue en Belgique

Les militaires vont à l'avenir recevoir une compensation pour les missions les obligeant à loger ailleurs que chez eux, que ce soit à l'étranger ou en Belgique dans le cadre de missions de surveillance. Les syndicats s'en réjouissent. Par jour de mission, un militaire recevra deux heures de compensation, des heures qu'il pourra cumuler pour par exemple partir une année plus tôt à la retraite, écrivent lundi les journaux De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Belang van Limburg.

Syndicats et responsables seraient parvenus à un accord à ce sujet ces derniers jours. "La compensation doit suppléer les inconvénients, quand un militaire ne peut pas dormir chez lui. Sa famille est alors confrontée à des frais supplémentaires, comme par exemple pour la garde des enfants", explique Yves Huwart, président du syndicat militaire ACMP-CGPM.

Cette compensation devrait rendre la profession de militaire plus attrayante et réduire les départs. "Il y a beaucoup de personnes qui quittent la Défense, tant au moment de la formation que plus tard dans leur carrière. Il est donc nécessaire de rendre cette profession plus attrayante", ajoute Yves Huwart, à la VRT. "C'est un pas dans la bonne direction. Après une longue absence, les militaires pourront rattraper le temps passé à l’extérieur avec leur famille et leurs enfants."

L'accord n'a pas encore été signé par le ministre de la Défense, mais il devrait normalement entrer en vigueur cette année. Soyons clairs : les soldats qui sont en mission à l'étranger reçoivent une indemnité supplémentaire depuis un certain temps déjà. "Si nous devions convertir cela en un tarif horaire, nous constaterions que c’est sous-payé ", explique Yves Huwart. "La compensation de deux heures qui vient d'être accordée devrait adoucir les choses".