Le Belge boit et fume de moins en moins, mais est trop souvent en surpoids

Une enquête santé menée en 2018 auprès de plus de 10.000 personnes par Sciensano, le centre fédéral de recherche sur la santé créé en avril de l’an dernier, révèle que le Belge fume et boit moins qu'avant, mais a encore beaucoup à apprendre en matière d'alimentation saine et d'exercice physique. La moitié de la population serait donc en surpoids.

Le pourcentage de fumeurs dans la population âgée de 15 ans et plus n'a cessé de diminuer depuis 2001 pour atteindre 19,4% l’an dernier (15,4 % de fumeurs quotidiens et 4 % de fumeurs occasionnels). Par rapport aux chiffres de 2001, on compte actuellement moins de fumeurs chez les jeunes de 15-24 ans. Plus de la moitié de la population de 15 ans et plus (57,5%) n'a jamais fumé.

Par contre 76,6% de la population de 15 ans et plus boit toujours de l'alcool. C'est beaucoup, estime Sciensano, mais quand même moins que le pourcentage de l'enquête de 2013 (82%). Le nombre de buveurs quotidiens a également diminué.

C'est principalement chez les jeunes que la consommation d'alcool est problématique: 20% avouent s'adonner au 'binge drinking' (consommation excessive d’alcool en peu de temps) au moins une fois par mois. Cette pratique consiste à boire au moins 4 verres d'alcool en moins de 2 heures pour les femmes et 6 verres pour les hommes.

2008 Getty Images

Les cas d’obésité se multiplient

"Les Belges sont davantage conscients des dangers de l'alcool et du tabac. Cette prise de conscience a contribué à la baisse de consommation", affirme Sabine Drieskens, chercheuse chez Sciensano - un centre fédéral né il y a 18 mois de la fusion entre l’Institut scientifique de Santé publique et le Centre d’étude et de recherches vétérinaires et agrochimiques (CERVA). Le surpoids et l'obésité chez les adultes n'ont par contre fait qu'augmenter au cours des vingt dernières années.

Pas moins de 49,3% de la population est en surpoids (Indice de Masse Corporelle supérieur ou égal à 25) et 15,9% est obèse (IMC supérieur ou égal à 30) . En 1997, ces pourcentages étaient de 41,3% et 10,8%. "Ces chiffres sont inquiétants", estime Sabine Drieskens. "Ce qui est plus important, c'est que le surpoids peut avoir des conséquences graves pour la santé. Ce qui devrait nous motiver à vivre plus sainement."

Le nombre élevé de personnes souffrant de surpoids et d'obésité peut s'expliquer notamment par le fait que seulement 30,1% de la population fait de l'exercice physique d'intensité modérée au moins 150 minutes par semaine, comme nager ou faire du vélo. Nous passons également trop de temps assis, jusqu'à 6 heures en moyenne par jour. Nous ne mangeons pas assez sainement, indique aussi Sciensano.

"Nous consommons trop peu de fruits et de légumes. Ainsi, seulement 32,7% de la population de 6 ans et plus mange la quantité quotidienne recommandée de 2 fruits par jour. Pour les légumes, ce pourcentage est de seulement 38%. Une personne sur cinq boit chaque jour des boissons sucrées et 38% consomment quotidiennement des snacks salés ou sucrés".

Cinq règles d'or pour une alimentation saine

Le conseil supérieur de la santé (CSS) publie justement ce mardi un nouveau rapport pour aider la population adulte à s'astreindre à un régime plus sain. Fort de 88 pages et réalisé par une trentaine d'experts belges, le rapport émet 12 recommandations "étayées par l'évidence scientifique la plus récente" et "qui tiennent compte de la culture alimentaire de notre population".

Pour réaliser ce nouvel avis, le CSS a dans un premier temps analysé les principales causes de maladies et de décès en Belgique, dont notamment les cancers, le diabète de type II, la dépression, les affections cardiovasculaires... Ensuite, il a identifié leurs facteurs de risque liés à l'alimentation.

Parmi les 12 recommandations, le Conseil supérieur de la santé en isole cinq qualifiées de "règles d'or". Il suggère d'une part de consommer quotidiennement 125 grammes de céréales complètes. Mais aussi 250 grammes de fruits, frais de préférence, et 300 grammes de légumes. Les légumineuses sont également préconisées chaque semaine, et pourquoi pas en remplacement de la viande. Les graines sans enrobage ou autres noix, à raison de 15 à 25 grammes par jour, peuvent également apporter une dose d'oméga 3 essentielle.

Enfin, dernière "règle d'or": les experts conseillent de choisir des produits pauvres en sel, et naturellement d'éviter d'en rajouter lors de la cuisine ou du service.  Sept autres recommandations sont édictées dans le rapport. Les produits laitiers ? Entre 250 et 500 ml par jour, selon le rapport (le CSS affirme qu'il est "basé uniquement sur des données scientifiques objectives à l'abri de toute influence extérieure possible de type commerciale ou économique").

Pour les poissons, fruits de mer et autres crustacés, ce serait bien une à deux fois par semaine, alors que la viande rouge devrait être limitée à 300 grammes sur la même période. Presque exclue du régime, la consommation de viande transformée (charcuteries...) ne devrait pas dépasser les 30 grammes hebdomadaires. Enfin, plus largement, l'avis du CSS conseille d'éviter les boissons sucrées et de veiller à avoir un apport suffisant en calcium (950 mg/jour) ainsi qu'en acides gras polyinsaturés.

Reporters