© VRT - Geert Van Hoeymissen

Le nouveau ministre flamand des médias le confirme: la VRT va devoir encore plus épargner

Invité ce jeudi matin dans le studio de Radio 1 (VRT), le nouveau ministre flamand des Médias, Benjamin Dalle (CD&V) a confirmé que "tout comme l’intégralité de l’administration flamande, la VRT aussi devra faire des économies" durant la législature du gouvernement Jambon Ier. Il n’a toutefois pas précisé le montant de ces épargnes.

Benjamin Dalle l’affirme lui-même : en tant que nouveau ministre flamand des Médias il se trouve immédiatement face à de grands défis pour les prochains mois. "Un nouveau contrat de gestion doit être négocié avec la VRT", indique-t-il. Ce nouveau contrat doit entrer en vigueur au 1er janvier 2021.

Le nouvel accord gouvernemental comporte déjà un certain nombre de critères de référence qui esquissent les préférences émises par les autorités flamandes. "Il va falloir se mettre autour de la table pour définir d’une bonne manière les tâches centrales du service public. Mais je ne donnerai pas encore de propositions spécifiques ou de détails à ce sujet", a fait savoir Benjamin Dalle.

Selon l’accord du gouvernement Jambon Ier, la radio-télévision publique flamande devra évoluer vers une organisation médiatique "moderne, économe et combative, proposant une offre de grande qualité". "C’est toujours un défi de réaliser des objectifs de la façon la plus rentable possible", commente le ministre. "C’est le cas pour l’administration flamande, mais également pour la VRT. Et donc effectivement, il va falloir faire des économies, au sein de toute l’autorité flamande, et aussi à la VRT".

Depuis 10 ans en mode épargnes

La radio-télévision publique flamande est depuis un certain temps déjà en mode épargnes. Ces 10 dernières années, elle a laissé partir 600 membres du personnel sans les remplacer. Les effectifs sont ainsi passés de 2.600 à 2.000 personnes. "De grands efforts ont déjà été fait, et il faut qu’on y regarde de plus près, mais je ne peux pas encore faire de déclarations sur la direction que cela va prendre", a ajouté Benjamin Dalle.

D’après le nouvel accord, la VRT devra par ailleurs s’engager dans le projet de constituer un "Netflix flamand". Ce projet a été lancé il y a un an par le grand groupe médiatique DPG Media, propriétaire notamment de la chaîne privée VTM, et n’avait pas immédiatement convaincu la VRT. "Nous pensons que notre accord est un bon accord, également pour le service public. J’entends souvent dire qu’on veut enterrer le service public. Ce n’est évidemment pas ma perspective. Je crois que la radio-télévision publique flamande a une place très importante, tout comme les acteurs privés du secteur", a-t-il conclu.

L’actuel contrat de gestion reste en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020 inclus. Les négociations pour le nouveau contrat seront lancées très prochainement.

"J’entends souvent dire qu’on veut enterrer le service public. Ce n’est évidemment pas ma perspective", a fait savoir Benjamin Dalle au micro de Radio 1 (VRT).