Quatre millions d’euros pour résoudre des problèmes dans la région de la Dendre

Un Fonds de la Dendre vient d’être créé par les villes de Ninove, Denderleeuw, Grammont et Zottegem, en Flandre orientale. Ces quatre communes situées aux alentours de la rivière Dendre (affluent de l’Escaut) ont avant tout besoin de fonds pour résoudre des problèmes liés à l’immigration, la pauvreté et la sécurité.

Les problèmes rencontrés par les quatre communes proviendraient notamment du fait qu’elles ne sont pas très éloignées de Bruxelles et souffrent ainsi de problèmes provenant de la capitale. Tania De Jonghe (photo archives), bourgmestre de Ninove, reconnait avoir besoin de soutien financier pour s’attaquer à ces problèmes.

"Les villes de la région de la Dendre reçoivent trop peu de moyens financiers du gouvernement flamand. Notamment pour financer la problématique des grandes villes, qui est de plus en plus sensible aussi dans notre région".

La bourgmestre a déjà été très déçue dans le passé. "Des villes telles qu’Oudenaarde, Termonde, mais aussi Eeklo reçoivent un million d’euros en plus par an pour résoudre des problèmes qui y sont causés par d’autres villes avoisinantes. Alors que les villes de la région de la Dendre sont proches de Bruxelles et connaissent aussi des problèmes typiques comme l’augmentation de la pauvreté et une arrivée accrue de migrants'.

Davantage d’agents de quartier

Avec les bourgmestres de Denderleeuw, Grammont et Zottegem, Tania De Jonghe tire la sonnette d’alarme. L’argent rassemblé dans le fonds sera notamment utilisé pour faire patrouiller davantage d’agents dans des quartiers à problèmes. Mais aussi pour engager davantage d’agents de quartier.

"Ce sont des gens qui connaissent très bien leur quartier, mais nous voulons aussi que les agents soient plus abordables et visibles dans ces zones", indique la bourgmestre. "Nous avons déjà lancé une cellule pour une sécurité intégrale à Ninove, qui comprend actuellement huit collaborateurs. Nous espérons pouvoir y ajouter des médiateurs et des animateurs de quartier".

Comment l’argent sera-t-il réparti ?

Guido De Padt, bourgmestre de Grammont, ne sait pas encore exactement comment l’argent sera réparti entre les différentes communes. "Je ne sais pas combien ma ville recevra. Nous n’avons pas encore décidé comment l’argent du fonds sera réparti. Cela pourrait dépendre du nombre d’habitants. Dans ce cas, Grammont pourrait recevoir un million d’euros. Ce serait une bonne nouvelle pour notre ville".

Le bourgmestre de Zottegem, Jenne De Potter, se dit également content. Il est avant tout satisfait que le gouvernement flamand ait entendu les doléances locales. "Notre région doit faire face à de gros défis, comme l’afflux de personnes non-néerlandophones, mais aussi dans le domaine de la mobilité. Nous avons besoin de moyens supplémentaires", précise De Potter.