Un deuxième casque de soldat allemand découvert à Helchteren

Des archéologues de l’Agence flamande pour le Patrimoine immobilier ont découvert dans la commune limbourgeoise de Helchteren le casque d’un soldat allemand datant de la Seconde Guerre mondiale. Mi-septembre un garçon de 7 ans avait déjà trouvé à cet endroit, dans son jardin, un crâne et un casque allemand de la même époque, mais aussi des grenades, des munitions et des armes, alors qu’il jouait avec un détecteur de métaux.

L’Agence flamande pour le Patrimoine immobilier a entamé mercredi matin des fouilles archéologiques à l’endroit où l’enfant avait fait sa découverte en septembre. En fin d’après-midi, les archéologues ont déterré un deuxième casque, indiquait Geert Vynckier à Radio 2 (VRT). "Nous avons découvert un second casque et le chargeur d’une mitrailleuse. Il est donc probable qu’un deuxième soldat se soit trouvé dans la fosse de tir".

"Ce matin, nous avons trouvé les restes d’une mandibule", avait aussi indiqué Vynckier plus tôt dans la journée. "Nous avons ensuite enlevé la couche supérieure du sol".

Plusieurs petits morceaux de métal sont apparus lors de l’analyse du sol avec un détecteur de métaux. Les archéologues estiment qu'ils proviennent de l’explosion d’une grenade ou d’un obus. Les fouilles sont supervisées par le War Heritage Institute (WHI). Créée en mai 2017, cette institution vise à regrouper les sites et musées liés à la Défense en Belgique.

Tout ce qui sera sorti de terre pendant ces fouilles à Helchteren sera donné au Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes.

Le voisinage est intrigué

Dans la commune de Helchteren, les voisins suivent les fouilles avec intérêt derrière la haie. "Il est probable qu’un soldat allemand se soit caché ici dans un puit et soit mort d’un impact de grenade", précisait Geert Vynckier.

Les maisons de la Kazernelaan (rue de la Caserne) à Helchteren ont presque toutes été détruites pendant la Seconde Guerre mondiale, se souvient une habitante du quartier d’un certain âge. "A l’époque nous habitions au centre de la commune et nous avons dû nous cacher dans une cave. C’était il y a 70 ans".

L’Agence flamande pour le Patrimoine immobilier poursuivait les fouilles ce jeudi.