Le château de Léopold III et Lilian Baels, à Argenteuil, est à vendre

Le château d'Argenteuil, situé sur le territoire de la commune de Waterloo en Brabant wallon, jadis résidence du roi Léopold III et de la princesse Lilian Baels jusqu’à leur décès, est à nouveau à vendre, rapportent plusieurs journaux. Vendu en 2004 pour 7,8 millions d’euros à l’homme d’affaires Jean-Marie Delwart, ce dernier voudrait le céder maintenant pour 20 millions d’euros.

Le vendeur est l'excentrique homme d'affaires wallon Jean-Marie Delwart (80 ans), ancien directeur général de la holding cotée en bourse Floridienne et descendant d'Ernest Solvay. Il a acquis le château il y a 15 ans pour "à peine" 7,8 millions d'euros. Le prix demandé serait aujourd'hui d'au moins 20 millions d'euros, ce qui en fait l'une des transactions immobilières les plus coûteuses de notre pays.

L'histoire du château niché dans la forêt de Soignes ne s'est pas toujours écrite sur un lit de roses. "Il a longtemps été occupé par Léopold III et sa seconde épouse, Lilian Baels. À partir de 1960, ils ont vécu un 'exil volontaire' dans cette belle demeure, propriété de l'État fédéral.

Pendant plus de 40 ans, tous les gouvernements qui se sont succédé étaient trop heureux de voir ainsi le souverain déchu confiné dans ce qui ressemblait fort à une cage dorée", écrit le quotidien financier L'Echo. Léopold III a transformé Argenteuil en base arrière de ses nombreux voyages exotiques, au point d'en faire un musée de ses multiples objets ramenés de ses expéditions lointaines.

A la mort de Léopold III en 1983 et celle de la princesse Lilian en 2002, le gouvernement belge n'a pas exaucé le vœu des enfants de Léopold III d'ériger un mémorial en l'honneur de leur père. Le gouvernement décida, en 2004, de mettre le domaine, de 140 hectares, en vente publique.

C'est Jean-Marie Delwart qui l'acquit il y a 15 ans et y organisa des réunions de sa fondation (Fondation Delwart), qui s'investit dans les recherches éthologiques. Si l’on en croit un reportage de 2004 pour l’émission « Terzake » de VRT NWS, les coûts d'entretien du château et du domaine (avec personnel) sont évalués à 600.000 euros par an - payés par le gouvernement fédéral - et une rénovation de 9 à 10 d’euros est nécessaire.