Des chercheurs flamands mesurent l'épaisseur de la neige en montagne avec l’aide de satellites

Des chercheurs de l’Université catholique de Louvain (KU Leuven) ont développé une méthode qui permet de mesurer l'épaisseur de la neige dans les zones de montagne. C'est la première fois que la couche neigeuse de toutes les régions montagneuses de l'hémisphère nord est cartographiée, souligne la doyenne des universités belges.

Les chercheurs se sont basés sur des données de Sentinel-1, des satellites d'observation lancés par l'Agence spatiale européenne en 2014 et 2016 pour observer notamment la couche de glace dabs l’océan, mais aussi cartographier les forêts et terres agricoles. Les chercheurs flamands ont analysé la situation dans plus de 700 régions montagneuses, entre l'hiver 2016 et l'été 2018.

"Le satellite émet des ondes radar. La réflexion de ces ondes permet de calculer la profondeur de la neige. En effet, les cristaux de glace modifient le signal: plus les ondes sont déformées, plus la neige est profonde", explique le chercheur postdoctoral Hans Lievens, qui a collaboré avec une équipe internationale.

Jusqu'ici, on calculait l'épaisseur de la neige sur la base de mesures locales, mais celles-ci donnent souvent une image incomplète. Dans l'Himalaya par exemple, les conditions extrêmes rendent quasiment impossible la prise de mesures sur le terrain. L'étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications, ne permet pas d'évaluer l'ampleur du changement climatique.

"Mais ce sera le cas à terme", précise Hans Lievens. "Nous pouvons mieux surveiller l'évolution du volume de neige et les périodes de fonte. La méthode peut aussi aider à mieux gérer la distribution de l'eau et à évaluer le risque d'inondation dans certaines zones."