"Il faut mettre fin au processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne"

"L’Europe doit bloquer le flux de capitaux destinés à l'adhésion de la Turquie à l'UE". C'est ce que déclaré le député Theo Francken (N-VA), qui représente actuellement notre pays à l’Assemblée parlementaire de l'OTAN.

Le député Theo Francken a été élu chef de la délégation belge à l'Assemblée parlementaire de l'OTAN par la Chambre. Cette assemblée qui est composée de parlementaires issus des États membres de l’OTAN, contrôle le fonctionnement de l’Alliance atlantique et établit des rapports dans lesquels elle donne son avis sur les questions de sécurité de l’OTAN. Actuellement cette assemblée examine la situation en Syrie où la Turquie bombarde les combattants kurdes.

"J'ai interrogé le représentant turc sur la menace du président Erdogan d'envoyer des millions de réfugiés en Europe", a déclaré Theo Francken. "Je lui ai dit que ce n'était pas le langage d'un allié, mais d'un ennemi. Il a nuancé la déclaration d'Erdogan. Ainsi il ne faudrait pas le prendre au pied de la lettre."

Selon Theo Francken, il y aurait effectivement un problème de sécurité qui se profile à l'horizon. Selon les Kurdes, des membres du mouvement terroriste Etat Islamique (IS) ont déjà réussi à s'échapper d'un camp pour personnes déplacées dans le nord de la Syrie. "Ce ne sont peut-être que les femmes des combattants, mais nous avons déjà vu qu'elles sont aussi capables de commettre des attentats ", a-t-il ajouté. Selon la N-VA, une nouvelle analyse de la menace doit être effectuée dès que possible en Belgique.

En Europe, le député veut œuvrer pour un arrêt de la procédure d'adhésion de la Turquie à l’Union européenne. "Chaque année, 600 millions d'euros sont affectés à cette fin. L'année dernière, 66 millions d'entre eux ont déjà été gelés, mais les flux d'argent doivent être complètement stoppés. La Turquie ne pourra de toute façon jamais y adhérer."

La Turquie est candidate depuis 1987 pour adhérer à l'Union européenne, actuellement les négociations sont au point mort.