Abandon des poursuites contre l’échevin anversois Tom Meeuws

La chambre du conseil d’Anvers a décidé mercredi l’abandon des poursuites à l’égard de l’échevin anversois Tom Meeuws (SP.A), pour faux en écriture, abus de confiance et malversations financières. La chambre du conseil a suivi la demande du parquet.

Le 7 février 2018, le parquet d'Anvers avait reçu un rapport de la société de transport De Lijn pour des faits de manipulation dans l’attribution de marché public pendant la période 2014-2015 lorsque Tom Meeuws était directeur local de De Lijn. En 2015, il avait démissionné de ses fonctions.

Le Service central de lutte contre la corruption de la police fédérale a mené une enquête très approfondie sur la manière dont un certain nombre de contrats avaient été conclus avec De Lijn. Des perquisitions ont été effectuées et les personnes impliquées ont été interrogées à plusieurs reprises.
Cette enquête judiciaire avait compromis la carrière de l’homme politique anversois.

A l'issue de l'enquête, le ministère public a conclu que rien n'indiquait que Tom Meeuws ait commis des infractions pénales en vertu de ces contrats, pour son propre compte ou pour le compte d’un tiers. Il était donc blanchi.

"Le dossier a été présenté en chambre du conseil mercredi. Le ministère public a demandé l’abandon des poursuites dans ce dossier pénal et la chambre du conseil a finalement décidé une ordonnance de renvoi des poursuites".
 

"J’ai toujours eu pleinement confiance en la justice"

"J'ai toujours eu pleinement confiance dans le système judiciaire et je suis heureux que les enquêteurs aient enquêté sur cette affaire de manière aussi approfondie et sérieuse" a déclaré l’échevin d'Anvers Tom Meeuws (SP.A) en réaction à la décision de la chambre du conseil.

"Ça ronge toujours, parce que ce n'est pas agréable d'être suspecté. Mais je peux tourner la page maintenant, ce n'était pas une période facile pour ma famille non plus", a ajouté Tom Meeuws.
 

Les plus consultés