Déjà cinq candidats à la présidence du CD&V

Le député flamand et bourgmestre de De Pinte, Vincent Van Peteghem, avait confirmé jeudi sa candidature à la présidence du CD&V, alors que des rumeurs circulaient. La parlementaire flamande et bourgmestre de Tirlemont Katrien Partyka avait été la première à annoncer mercredi sa candidature. Ce vendredi, le bourgmestre de Maasmechelen Raf Terwingen indiquait sur son site internet qu'il est également candidat. Sammy Mahdi, président des jeunes CD&V, en faisait de même quelques heures plus tard, via Twitter. Un 5e candidat se faisait connaître en fin d'après-midi: le bourgmestre d'Affligem Walter De Donder (photo), connu aussi comme acteur dans deux séries télévisées flamandes. Il reste trois jours pour rentrer des candidatures à la succession de Wouter Beke.

En entrant au gouvernement flamand, pour être chargé du Bien-Être, Wouter Beke a renoncé à la présidence du CD&V qu'il occupait depuis près d'une décennie. L'intérim du parti démocrate-chrétien flamand est assuré depuis une dizaine de jours par les vice-présidentes actuelles, Cindy Franssen et Griet Smaers. Les candidatures, ouvertes à tous les membres du parti, doivent être introduites avant le 22 octobre.

Les votes pourront être émis via le web ou par courrier, du 28 octobre au 17 novembre. La divulgation des résultats est programmée le 18 novembre. Si aucun candidat n’obtient le minimum exigé de 50% des voix, un deuxième vote est prévu, du 20 novembre au 5 décembre, entre les candidat€s les mieux classé€s. Le résultat sera rendu public le 6 décembre.

Cinq candidatures officielles sont déjà rentrées, et suscitent la surprise. Âgé de 38 ans, Vincent Van Peteghem est également bourgmestre de la commune De Pinte (Flandre orientale). Il a confirmé officiellement sa candidature à la présidence du parti jeudi, au lendemain de l'annonce de la candidature de sa collègue au Parlement flamand Katrien Partyka, la première à s'être lancée dans l'arène. Ce vendredi, c'est le bourgmestre de Maasmechelen (Limbourg) et ancien député fédéral Raf Terwingen qui annonçait sa candidature, tout comme le président des jeunes CD&V et chef du groupe démocrate-chrétien au conseil communal de Vilvorde, Sammy Mahdi. Enfin le maïeur d'Affligem, Walter De Donder, présentait lui aussi sa candidature, en fin d'après-midi.   

"Je n'ai pas eu de doutes, mais je pense que c'est le moment idéal", a-t-il indiqué jeudi matin sur Radio 1 (VRT). "Le groupe des 12 (apôtres, groupe de réflexion mis en place après la défaite du parti aux dernières élections, ndlr) a fait un certain nombre de recommandations et celles-ci doivent être mises en place. En tant que leader de ce groupe, j'en suis la meilleure garantie."

Vincent Van Peteghem (photo) veut replacer le parti au sommet, dit-il, et cela doit principalement se produire "en formant une équipe qui communique clairement et se renouvelle". Dans le même temps, le CD-V doit rester le parti du centre, du compromis. "Ce que les gens attendent de nous, c'est que nous apportions de la nuance et que nous cherchions des solutions, que nous maintenions l'équilibre entre l'économie et l'écologie, les droits et les devoirs. C'est le parti que les gens recherchent en Flandre."

Le bourgmestre de la commune De Pinte a encore noté qu'il ne voulait pas se ranger derrière une approche de droite ou de gauche. L'homme bénéficierait d'un soutien important parmi les pontes du parti. "Je suis ravi d'avoir le soutien de nombreuses personnes, mais je ne pense pas que la bataille soit déjà remportée", affirmait Van Peteghem. "Ce sera une bonne campagne."

Katrien Partyka espère reprendre le flambeau au CD&V

La parlementaire flamande Katrien Partyka (46 ans, photo) avait confirmé mercredi sa candidature à la présidence du CD&V. D’après la bourgmestre de Tirlemont (depuis 2015), la démocratie chrétienne flamande reste "une marque forte", mais elle a besoin d'une "recette contemporaine et claire avec de l'ambition et de la détermination".

Partyka souhaite, avec "un esprit ouvert", donner un sens "offensif" à la démocratie chrétienne flamande, souhaitant adapter la structure et la communication du parti. "Trop de Flamands sont indifférents à notre parti, cela doit changer", assure-t-elle. "Nous devons nous réapproprier les thèmes qui tiennent les gens éveillés".

Raf Terwingen annonce sa candidature sur son site web

Près de six mois après la défaite électorale du CD&V, "les analyses ont été faites, le gouvernement flamand est sur les rails et les émotions sont derrière nous. Il est temps de nous redresser, de regarder vers l'avant et d'entamer un nouveau chapitre", écrit Terwingen (photo).

Le Limbourgeois entend rendre le pouvoir à la base du parti chrétien-démocrate flamand. "Nous devons oser renverser la pyramide du parti", estime-t-il. Agé de 47 ans, Raf Terwingen est juriste de formation et bourgmestre de Maasmechelen depuis 2013.

Il a également siégé comme député à la Chambre de 2007 aux dernières élections de mai 2019. Entre 2011 et 2014, il y a défendu les positions de son parti en tant que chef de groupe. 

Le président des jeunes CD&V insiste sur la solidarité intergénérationnele

Agé de 30 ans, Sammy Mahdi (photo) est également chef du groupe CD&V au conseil communal de Vilvorde.  "Le parti se trouve à un tournant. Croître ou couler, parti populaire ou parti sans peuple. Ceux qui pensent que l'on a touché le fond le 26 mai se trompent", indiquait Mahdi sur Facebook.

Le président des jeunes veut inverser "radicalement la perception négative" du CD&V. Il souhaite que son parti investisse de nouveaux terrains et les nouveaux médias, insiste sur la "solidarité intergénérationnelle" que doivent porter les chrétiens-démocrates, le lien avec le mouvement associatif ainsi que la référence chrétienne incarnée par le "C".

"Le C est est fondamentalement lié à Rerum Novarum (encyclique du pape Léon XIII qui a posé les bases de la démocratie chrétienne), à la solidarité avec les plus faibles, mais il est évidemment plus que cela. Dans un monde où la ligne de fracture d'antan entre catholiques et libres-penseurs s'est muée en une ligne de fracture entre le droit à la spiritualité dans la société versus l'exigence de rendre neutre la société. Où les cours de religion sont mis sous pression et où la spiritualité est presque devenue un tabou. C'est notre mission de faire en sorte que les gens ne vivent pas à côté les uns des autres mais ensemble, croyants ou non croyants", a expliqué Sammy Mahdi.

Bourgmestre à la ville et à l'écran

Le cinquième candidat à la succession de Wouter Beke est le Brugeois d’origine Walter De Donder (59 ans), bourgmestre depuis 2011 de la commune brabançonne flamande d’Affligem, dont il avait d’abord été échevin de la Culture. Il avait été élu en 2000 au conseil communal d’Affligem, après avoir déjà été actif au sein du CD&V.

De Donder est surtout connu du large public comme acteur dans des séries télévisées flamandes de Studio 100 : "Kabouter Plop" et "Samson en Gert", dans laquelle il joue le rôle du bourgmestre (photo, à dr.).

Dans un message diffusé sur YouTube, Walter De Donder explique ce vendredi être "inquiet pour son parti, inquiet pour le CD&V, mais aussi parce que la voix de la rue n’est pas suffisamment entendue par le gouvernement fédéral". Il veut s’engager pour son parti, "dépasser les oppositions pour recréer le dialogue". Il affirme se donner 20% de chances de devenir président du CD&V.