Salaire des politiques, canon flamand, chômage: Jan Jambon (N-VA) répond aux spectateurs de la VRT

Dans le cadre d’un grand débat, l’émission dominicale de la VRT ‘De Zevende Dag’ a organisé une séance de questions-réponses avec le nouveau ministre-président flamand. Jan Jambon (N-VA) a ainsi répondu aux questions du public et de plusieurs téléspectateurs du service public flamand.

Parmi les nombreuses questions, celle d’un habitant de Bruges : gagnez-vous trop d’argent en tant que ministre-président ? "Tant que nous gagnons encore 1 euro, il y aura toujours des gens pour dire qu’on gagne trop", a rétorqué Jan Jambon. "Durant la précédente législature, nous avons retiré 5% de notre salaire. Nous faisons des efforts, mais quelque chose en moi me dit que ce ne sera jamais assez", a-t-il poursuivi.

A titre informatif : l’ancien ministre-président Geert Bourgeois (N-VA) gagnait pas moins de 253.000 euros bruts par an, une somme comparable au salaire annuel brut du Premier ministre Charles Michel (MR).

Suppression du bonus logement

Une spectatrice gantoise a voulu savoir pourquoi le gouvernement flamand avait supprimé le bonus logement (woonbonus), alors que la mesure ne figurait dans aucun des programmes des trois partis de la coalition.

"On ne peut jamais réaliser 100% de ce qu’on a promis aux électeurs", a commenté Jan Jambon. "Pour répondre aux attentes de la société, nous devons chercher où on peut épargner", a-t-il défendu. Selon lui, la proposition de supprimer le bonus provient de l’administration.

Travaux d’intérêt général

Les personnes qui restent au chômage durant plus de 2 ans en Flandre seront désormais obligées de faire un travail d’intérêt général. Un ancien chômeur, membre du Vlaams Belang à Hamme, a demandé au ministre-président si cette mesure ne finirait pas par accroître le nombre de travailleurs pauvres.

"L’objectif est de mener les gens le plus rapidement possible à un travail", a répondu Jan Jambon. "Nous voulons les coacher et leur enseigner l’éthique du travail sur un lieu de travail. De cette façon, la personne est au moins active, et peut postuler depuis une situation d’emploi".

L’histoire de la migration dans le canon

Une étudiante anversoise de 25 ans a pour sa part demandé à Jan Jambon si le canon flamand accordera de l’attention à l’histoire de la migration en Flandre.

"Nous allons faire élaborer ce canon par une commission scientifique et objective. Ce groupe sera constitué de façon pluraliste", a souligné le ministre-président flamand. "Il serait particulièrement dangereux de laisser les politiques dicter ce qui doit s’y trouver", a-t-il poursuivi, justifiant ainsi une absence de réponse concrète de sa part.

Le canon flamand est une liste de points d’ancrage de la culture et de l’histoire flamandes.