Un combattant étranger en Syrie et trois veuves de l’EI avec enfants assignent l’Etat belge

Les avocats Abderrahim Lahlali et Mohamed Ozdemir assignent l'Etat belge à ramener en Belgique, ou dans un autre lieu sûr, un terroriste blessé, trois veuves du groupe terroriste Etat islmamique (EI) et leurs dix enfants. C’est ce qu’écrivent ce lundi les quotidiens De Morgen et Het Laatste Nieuws. L’affaire sera portée devant le tribunal de Bruxelles à la fin de cette semaine.

Ce lundi, les deux avocats ont entamé les procédures et l'affaire devrait être traitée jeudi ou vendredi à Bruxelles. Leurs clients sont trois épouses de combattants islamistes, le terroriste Adel Mezroui et dix enfants, âgés de 6 mois à 7 ans. Les femmes et les enfants vivent actuellement dans le camps de réfugiés d'Al Hol, au nord-est de la Syrie. Adel Mezroui est blessé dans la prison kurde Al-Hasakah.

L'assignation comporte des rapports médicaux sur l'état de santé des enfants, qui pointent malnutrition et diarrhées chroniques. Le bras droit de l'un des enfants a été amputé. Les avocats plaident pour que leurs clients soient transportés le plus rapidement possible dans un endroit sûr, soit en Belgique soit dans un pays voisin de la Syrie comme la Turquie, la Jordanie ou le Liban.

Si l'Etat belge n'agit pas dans les 15 jours, les avocats réclament une astreinte de 7.500 euros par jour et par personne, plafonnée à 1,5 million par demandeur. Les avocats soutiennent que le gouvernement n’écoute pas les conseils du procureur fédéral Frédéric Van Leeuw et du directeur de l'Organe de Coordination et d'Analyse de la Menace (OCAM), Paul Van Tigchelt.

"La semaine dernière, ils ont une fois de plus plaidé devant le Parlement pour que ces personnes soient ramenées ici et jugées", rappellent les avocats.

Les plus consultés