Sur 148 bâtiments flamands contrôlés, aucun n'est suffisamment accessible aux personnes à mobilité réduite

De très nombreux bâtiments publics, tels que les établissements administratifs, les commerces ou les immeubles à appartements, ne sont pas suffisamment accessibles aux personnes à mobilité réduite. C’est ce qui ressort d’une étude commandée par le gouvernement flamand. D’après les résultats de l’enquête, aucun des 148 bâtiments contrôlés ne respecte l’intégralité des règles imposées depuis 2010.

Pour obtenir un permis de construction ou de rénovation au nord du pays, les projets doivent répondre à un certain nombre de critères établis par une ordonnance datant de mars 2010. Des aménagements tels qu’un ascenseur suffisamment large ou des sanitaires adaptés doivent par exemple être prévus.

D’après l’étude menée à la demande des autorités flamandes, ces normes sont toutefois loin d’être respectées. "Les résultats démontrent que l’ordonnance n’a actuellement pas l’impact souhaité sur l’accessibilité des nouveaux bâtiments ou des établissements rénovés", commente le député flamand Maurits Van de Reyde (Open VLD).

Sur les 148 projets contrôlés, aucun ne respectait ainsi l’intégralité des normes imposées. "Les contrôles et les maintenances vont tout d’abord devoir être amélioré", souligne Maurits Van de Reyde. "Si les règles ne sont pas contrôlées, il est tentant de ne pas les respecter", ajoute-t-il.

Le député flamand estime qu’il pourrait être envisagé d’inclure le non-respect des normes au règlement sur l’anti-discrimination. "L’accessibilité des personnes à mobilité réduite deviendrait alors un droit qui pourrait réellement être imposé", conclut-il.