Le secteur des taxis va saisir la justice contre la réforme annoncée en Flandre

Le secteur des taxis, au nord du pays, va saisir la justice contre la réforme adoptée par le gouvernement flamand. Censée entrer en vigueur le 1er janvier prochain, celle-ci prévoit notamment la fin des tarifs fixes, ce qui devrait pousser les prix à la baisse, escompte l'exécutif régional. Pour le secteur, au contraire, le décret conduira à une dérégulation accrue. D’après certains syndicats, la Flandre ouvre ainsi la porte "aux faux indépendants et au dumping social".

Le texte adopté par le parlement flamand au printemps dernier signe également la disparition du quota de 1 taxi par millier d'habitants ainsi que celle de l'obligation de disposer d'un compteur classique à bord.

Critiquée par le conseil flamand de la mobilité et par l'union des villes et communes flamandes, la réforme suscite également la colère du secteur et des syndicats qui dénoncent, d'une même voix, une dérégulation accrue.

"La porte est désormais ouverte aux faux indépendants et au dumping social", pointe ainsi Yves Toutenel (CSC-Transcom). "Sans contrôle des prix, des géants comme Uber feront couler les PME flamandes en pratiquant du dumping social. Ce modèle conduira à une situation de monopole, à des salaires plus bas et, à terme, à une hausse des tarifs", renchérit Erik Maes (FGTB).

Dans ce contexte, les représentants des employeurs et des travailleurs "ne voient pas d'autres solutions que de saisir la justice pour annuler ce décret et ses actes d'exécution", ont-ils fait savoir vendredi.