BELGA

Le média bruxellois flamand Bruzz également privé d’une partie de ses subsides

Le groupe de médias flamand et bruxellois Bruzz recevra 6% de subventions en moins de la Communauté flamande l'année prochaine, ce qui équivaut à environ 336.000 euros. Une opération qui ne restera pas sans conséquences pour l'entreprise. Il y a quelques jours, le gouvernement flamand a également annoncé qu’il n'octroiera plus de moyens au fonds flamand pour le journalisme.

Parallèlement à la culture, le secteur des médias est également concerné par les mesures d’économie du gouvernement Jambon.

Il y a quelques semaines, la VRT avait appris qu’elle allait devoir sérieusement se serrer la ceinture. Il y a quelques jours, l’exécutif flamand a également indiqué qu'il n'octroiera plus de moyens au fonds flamand pour le journalisme (Vlaams Journalistiek Fonds, VJF).

Le fonds, créé il y à peine un an, devait devenir un lieu centralisant les informations sur les organisations actives dans le secteur du journalisme flamand, les enquêtes intéressantes, les projets de collaboration et les exemples inspirants. Il aura permis la répartition de 500.000 euros pour des projets innovants à la fin de l'année dernière

Au tour de Bruzz

C'est à présent Bruzz qui est touché par ces mesures d'économies et qui percevra 336.000 euros en moins par an.

La direction et le conseil d'administration examineront les conséquences de cette décision dans les prochains jours. Mais il est déjà certain que les informations sur Bruxelles seront relayées d'une autre manière et avec moins de moyens", prévient le groupe.

"Nous nous attendions à une économie mais 6% ce n'est pas rien", confie le directeur général Jo Mariens. La direction aurait semble-t-il, opté pour la préservation maximale de l'emploi et des cinq médias: le site Web, la radio, la chaîne de télévision, le magazine et les réseaux sociaux. Mais il est certain que des coupes devront y être effectuées. L'entreprise emploie 63 salariés permanents et beaucoup de pigistes.