Fedasil et les propriétaires du bâtiment veulent toujours ouvrir le centre d’accueil à Bilzen

Malgré le violent incendie d‘origine criminelle qui a partiellement endommagé, dimanche soir, une ancienne maison de repos à Bilzen (Limbourg) destinée à accueillir bientôt des réfugiés, l’Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile entend toujours ouvrir le centre de Grote-Spouwen (Bilzen), si possible.

La propriétaire de la maison et ses fils ne se laissent pas non plus intimider. "Il y a encore davantage de raisons de poursuivre le projet d’accueil", indiquaient-ils à VRT NWS. Selon Fedasil, le besoin en lieux d'accueil reste énorme en Belgique. Une évaluation est menée pour déterminer si des mesures de surveillance supplémentaires sont nécessaires pour les nouveaux centres de Gand, Léau, Spa et Theux.

Il n'est pas certain actuellement que l'ancienne maison de repos de Bilzen puisse encore servir de centre d'accueil après l'incendie criminel de dimanche soir. "Le but est bien d'utiliser ces locaux, si cela reste possible. Nous avons d'urgence besoin de lieux d'accueil. Nous ouvrons des centres dans de nombreux endroits et nous recherchons toujours des emplacements où en ouvrir d'autres", indiquait ce mardi la porte-parole adjointe de Fedasil, Lies Gilis.

Fedasil prévoit d'ouvrir prochainement de nouveaux centres à Gand, Léau, Spa et Theux. "Nous sommes pour l'instant en train de voir avec les bourgmestres concernés quelles mesures de surveillance peuvent être mises en œuvre. Nous sommes en contact avec le Centre de crise afin de déterminer ce qui est nécessaire au niveau national" explique Lies Gilis.

Dimanche, vers 23h30, un incendie s'est déclaré sur le toit du futur centre d'asile de 140 places situé sur l'avenue de la Croix-Rouge de Grote-Spouwen (Bilzen). Des traces d'effraction ont immédiatement été relevées, et lundi il s'est avéré que l'incendie était d'origine criminelle. Le parquet enquête actuellement pour retrouver le ou les pyromane(s).

Réactions violentes sur les réseaux sociaux

Les réactions à l’incendie de dimanche soir à Bilzen sont violentes. Sur les réseaux sociaux, avant tout, des citoyens laissent des messages de haine à propos des demandeurs d’asile qui devraient normalement s’installer dans l’ancienne maison de repos dès le mois prochain. La propriétaire du bâtiment est aussi critiquée.

Mais la dame d’un certain âge ne se laisse pas intimider. Elle se sent même confortée dans sa décision d’ouvrir la maison à l’accueil de demandeurs d’asile. Avec ses fils, elle examine comment faire mener à bien au plus vite les travaux de restauration.

A VRT NWS, elle montrait un drapeau flamand apposé sur sa façade, mais affirme ne pas avoir peur que quelque chose puisse lui arriver. Avec ses fils, elle estime que les partis politiques au pouvoir dans la localité devraient mieux expliquer la situation de l’accueil aux riverains.