BELGA/WAEM

Sécurité renforcée autour d’un autre futur centre pour demandeurs d’asile

La commune de Léau (Brabant flamand) a décidé de prévoir des contrôles de police supplémentaires autour d'un futur centre pour demandeurs d'asile à Dormaal, à une quarantaine de kilomètres du site de Bilzen qui a été incendié dimanche.

"Nous avons décidé de prévoir des mesures supplémentaires. La police locale a déjà effectué des contrôles réguliers à proximité du bâtiment, mais nous avons demandé que ces contrôles soient renforcés et que la vigilance soit accrue", a indiqué le bourgmestre de Léau Boudewijn Herbots (CD&V) sur la chaîne locale ROBtv.

L'ouverture prochaine du centre pour demandeurs d'asile par Fedasil à Dormaal est contestée dans l'entité par une partie de la population. Il doit accueillir 130 résidents et 28 membres du personnel.

Enquête pour violation de la loi antiraciste

Dimanche dernier, il est rapidement apparu que l'incendie dans le futur centre de Bilzen était d'origine criminelle. Le ou les auteurs sont recherchés par la police.

Toutes sortes de déclarations douteuses ont circulé sur les réseaux sociaux dans la foulée de l'événement. Le parquet du Limbourg a dans ce cadre ordonné à la zone de police locale d'enquêter sur certains commentaires. "La police locale a été priée de préparer un rapport concernant de possibles violations de la loi anti-racisme et de la loi anti-discrimination. Les suspects éventuels devront toujours être identifiés", a déclaré Dorien Vanderheiden, porte-parole du parquet du Limbourg.

Le parquet a ajouté que le screening de tous les forums n’était cependant pas possible. Les auteurs d'infractions risquent une peine d'un mois à un an de réclusion et des amendes pouvant aller jusqu'à 1 000 euros. Une procédure de médiation pénale peut également être lancée.