La princesse Astrid conduit une grande mission économique en Chine

La princesse Astrid de Belgique (photo), et les agences commerciales Awex, Fit et Hub.brussels, emmènent avec elles une délégation hors-normes dans un pays qui l'est tout autant, la Chine. Plus de 630 participants seront présents à Pékin puis Shanghai, du 17 au 22 novembre, à l'occasion de "la plus grande mission économique jamais menée par la Belgique". Outre des centaines d'entrepreneurs issus de secteurs variés, la délégation comprend des représentants des gouvernements régionaux et fédéral, des fédérations sectorielles, mais aussi de secteurs culturels et académiques.

Le ministre des Affaires étrangères et futur commissaire européen Didier Reynders, le ministre de l'Intérieur et du Commerce extérieur Pieter De Crem, ainsi que le vice-président wallon Willy Borsus, le ministre-président flamand Jan Jambon et le Secrétaire d'Etat bruxellois en charge du Commerce extérieur Pascal Smet seront également du voyage.

Deuxième puissance économique mondiale, la Chine représente un "intérêt crucial" pour les entreprises belges. Elle était l'an dernier le 10e client de la Belgique (6,989 milliards d'euros d'importations) et son 7e fournisseur (15,132 milliards d'exportations). Avec une croissance dépassant toujours les 6%, bien qu'en ralentissement, le pays voit sa classe moyenne gagner en importance parmi ses 1,4 milliard d'habitants.

L'économie chinoise se transforme pour se tourner vers plus de sophistication et de technologies. Cette évolution peut représenter des opportunités à court et moyen termes pour de nombreuses entreprises du pays, mais l'intérêt est plus contrasté pour les partenariats à long terme, compte tenu de la politique commerciale de la Chine (entre autres la question du transfert de technologies pour accéder au marché ou encore le crédit social appliqué aux entreprises).

Une note européenne également

Outre les contrats qui seront signés à Pékin et Shanghai, les rencontres business notamment avec le géant Alibaba, le voyage sera également l'occasion de porter des messages parfois plus politiques. A l'image de ce qu'a fait le président français Emmanuel Macron en emmenant lors de sa dernière visite d'Etat en Chine une ministre allemande et un commissaire européen, les représentants politiques belges porteront les revendications de l'Union européenne en faveur de plus de multilatéralisme et de réciprocité dans les accès aux marchés.

Des rencontres officielles sont notamment prévues avec les vice-Président et vice-Premier ministre chinois et les ministères du Commerce, du Sport et de l'Environnement. La question de l'embargo chinois sur la viande porcine sera également l'un des nombreux sujets de la visite.

Parmi la myriade de secteurs représentés, les sciences du vivant, l'agro-alimentaire, l'écoconstruction et le tourisme figureront en bonne place. La mission comprendra aussi un aspect plus culturel, avec notamment la visite d'une exposition du Wiels à TANK Shanghai, et académique avec la présence de plus d'une dizaine d'universités ou hautes écoles belges.

Le port de Shanghai Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.