Wouter De Vriendt : "Il n’y a pas de crise de l’asile mais bien une crise de l’accueil"

Le nombre de demandeurs d’asile est en hausse, mais selon le député écologiste flamand Wouter De Vriendt (Groen) on ne peut pas parler d’une crise de l’asile. "En 2015, au plus fort de la crise de l'asile, nous recevions 5 000 demandes d’asile par mois, aujourd’hui c’est un peu moins de 3 000".

Depuis l'incendie criminel dans un centre d'asile à Bilzen, le débat sur l'asile fait à nouveau rage. L'ancien secrétaire d'Etat à l'asile et à l'immigration Theo Francken (N-VA) parle d'une nouvelle crise de l'asile, alors que le nombre de demandes d'asile remonte à environ 3.000 et que 10.000 autres sont en attente de traitement.

Mais selon Wouter De Vriendt, cela n’a rien à voir avec cela. "Je comprends cette préoccupation, mais en 2015, au plus fort de la crise de l'asile, il y avait 5 000 demandes par mois, alors qu’aujourd’hui il y en a un peu moins de 3 000. Il ne s'agit donc pas d'une crise de l’asile mais bien, d'une crise de l’accueil qu’un décision politique elle-même a provoquée", a-t-il déclaré ce lundi matin dans "De octend" sur Radio 1 (VRT).

"Aujourd'hui, il faut 15 mois pour qu'un dossier d'asile soit traité, contre 9 mois auparavant. Wouter De Vriendt pointe du doigt Theo Francken. "Le Commissariat général pour les réfugiés et les apatrides (l'organe qui approuve ou rejette les dossiers) compte désormais cent personnes de moins qu'en 2016. Theo Francken en a licencié beaucoup. Maggie De Block veut en embaucher plus, mais il y a un goulot d'étranglement et il faut du temps avant que tous ces dossiers soient traités."

Selon Wouter De Vriendt, un autre problème réside dans le fait que le nombre d'abris a été réduit, et il pointe à nouveau du doigt en direction de Theo Francken. "Le nombre de places est passé de 35 000 en 2016 à 16 500 en 2018. Au moindre pic dans les demandes, on aura un problème."

"En effet, le nombre de demande augmente, ajoute Wouter De Vriendt, mais il remarque surtout que les gens ont peur. "Nous l'avons vu à Bilzen, les gens se dressent les uns contre les autres et utilisent un langage agressif. Certains affirment que les demandeurs d'asile sont des criminels et que nous devons nous protéger contre eux, mais c'est absurde. Toutes ces histoires de vol ou de viol se révèlent souvent fausses après vérification des faits.

Wouter De Vriendt plaide en faveur d'une résolution du problème avant tout au niveau européen. C'est pourquoi qu’il a déposé une résolution (qui a été approuvée) à la Chambre. La Belgique s'associe ainsi à une coopération temporaire entre plusieurs autres pays européens (dont l'Italie, l'Allemagne et la France) afin de se répartir les migrants sauvés en mer Méditerranée. "Nous ne pouvons pas laisser ces gens dehors dans le froid".
 

Regroupement familial

Les écologistes flamands souhaitent également "discuter " de la proposition de Theo Francken visant à réduire de 12 mois à 3 mois la période pendant laquelle les demandeurs d’asile reconnus pourront faire venir leur famille. "Cependant, nous devons également nous concentrer sur les cours de langues et la recherche d'emploi pour ces personnes. De plus, dans 65 % des cas, ce regroupement familial concerne des enfants, et ce n'est pas une mauvaise chose de prendre son temps avant de légiférer.