VKA

Bilan parfait pour les Diables qui terminent l’année sur une nouvelle victoire

La Belgique a ponctué son année 2019 avec une dixième victoire de rang, terminant sa campagne qualificative pour l'Euro 2020 avec un bilan tout aussi irréprochable qu'inédit de 30 points sur 30. Mardi soir au stade Roi Baudouin, les Diables Rouges se sont imposés 6-1 devant Chypre.

Après une victoire autoritaire en Russie (1-4), tout était joué pour l'équipe belge, première de son groupe et assurée d'être tête de série pour le tirage au sort de la phase finale. C'est donc pour une soirée de gala que les Diables se sont présentés au stade Roi Baudouin.

Malgré sept changements par rapport au onze de Saint-Pétersbourg, et une première titularisation pour Elias Cobbaut, l'équipe belge a dominé les premières minutes mais ni Hans Vanaken (10e) ni Kevin De Bruyne (14e) ne sont parvenus à convertir leur occasion. Sur une mauvaise passe d'Eden Hazard, Nicholas Ioannou, étonnement pas attaqué, s'est avancé avant d'ouvrir la marque d'une belle frappe croisée (0-1, 14e).

Dans leur tout nouveau maillot, les Diables n'ont pas mis deux minutes à réagir. A la récupération d'un centre, Yannick Carrasco a trouvé Christian Benteke qui a égalisé (1-1, 16e). Sur une contre-attaque, Chypre et Spoljaric ont encore posé des problèmes à Simon Mignolet.

Neofytos Michael, gardien chypriote, a commis une grossière erreur sur une reprise de volée de 'KDB' qui semblait pourtant anodine (2-1, 36e).
Tout est ensuite devenu plus facile pour les Diables, qui ont tué la rencontre sur un tir en pivot de De Bruyne (3-1, 42) et un reprise de volée de Carrasco sur un bel assist d'Eden Hazard (4-1, 44e).

Dans leur nouveau maillot, les Belges ont continué à faire le siège de la défense adverse au retour des vestiaires. Après un tir de Carrasco sur le poteau (50e), un centre puissant d'Eden Hazard a provoqué un but contre son camp de Kypros (5-1, 51e).

A peine monté au jeu à la place d'Eden Hazard, ovationné par tout un stade, Yari Verschaeren est passé très proche du 6-1. Benteke, qui n'avait plus été titularisé chez les Diables depuis mars 2017, n'a lui pas tremblé dans son duel contre Michael. Bien servi dans la profondeur par De Bruyne, il a alourdi la marque (6-1, 68e). Benteke aurait même pu y aller d'un triplé mais a été victime d'un bon retour défensif adverse.

Le tirage au sort de la phase finale de l'Euro se déroulera le 30 novembre à Bucarest. La Belgique y sera tête de série, à l'instar de l'Angleterre, l'Italie, l'Espagne, l'Ukraine et de l'Allemagne.

Les Diables se retrouveront en mars prochain lors de la prochaine trêve internationale. Ils disputeront des rencontres de préparation en vue de l'Euro  -qui aura lieu dans 12 pays du 12 juin au 12 juillet 2020 - mais l'identité des adversaires n'est pas encore connue. 

Un historique 30 sur 30 pour les Diables

La génération actuelle des Diables Rouges est bel et bien la plus impressionnante de l'histoire du football belge. Grâce à son succès 6-1 contre Chypre mardi, la formation de Roberto Martinez a aligné un dixième succès de rang dans le groupe I des qualifications pour l'Euro 2020, terminant l'année 2019 avec un bilan immaculé de 30 points sur 30, un total jamais atteint par une équipe belge.

Tous les objectifs étaient déjà remplis après une victoire autoritaire contre la Russie samedi à Saint-Pétersbourg (1-4). Qualifications, première place et statut de tête de série pour la phase finale étaient assurés avant de voir les Diables monter sur la pelouse du stade Roi Baudouin dans un match de gala.
Roberto Martinez, déjà invaincu avec les Diables en 2017 (7 victoires - 3 partages), est encore parvenu à faire évoluer son groupe depuis l'issue de la dernière Coupe du monde.

Sur la route vers l'Euro, la Belgique n'a encaissé que 3 goals, le meilleur total à égalité avec les Turcs, tout en disposant de l'attaque la plus prolifique (40 buts). Riches de deux ans d'expérience supplémentaires, les Diables Rouges peuvent désormais se tourner sereinement vers le prochain rendez-vous continental.
Acteur majeur de la réussite belge depuis maintenant plus de trois ans, le Catalan a réalisé ce qu'aucun sélectionneur belge n'était parvenu à faire auparavant: terminer une campagne qualificative pour un Euro ou une Coupe du monde avec un bilan parfait. Seuls sept pays ont signé pareille performance par le passé: la France (2x), l'Espagne (2x), l'Allemagne (2x), l'Angleterre, les Pays-Bas, la République tchèque et l'Italie.

Depuis son arrivée à la tête de la sélection belge à l'été 2016, Martinez a dirigé les Diables à 43 reprises. Il affiche le bilan de 34 victoires, 6 partages et 3 défaites. Il avait pourtant débuté par un revers en amical contre l'Espagne le 1er septembre 2016 (0-2). L'Espagnol a ensuite connu près de deux ans sans défaite avant une demi-finale douloureuse contre la France (1-0) en Coupe du monde.

Quelques mois plus tard, il a enregistré en Suisse (5-2) son plus lourd revers alors que les Diables semblaient filer vers le premier Final Four de la Ligue des Nations en menant 0-2 après 17 minutes de jeu.
 

"Dommage de jouer contre deux pays hôtes à l'Euro"

Les Diables Rouges sont d'ores et déjà certains de se retrouver dans le groupe B en compagnie de la Russie et du Danemark. Seul le quatrième pays doit encore être désigné.

Cela signifie que la Belgique devra défier les Russes à Saint-Pétersbourg et les Danois à Copenhague. Ce net désavantage sportif est la conséquence direct du fiasco autour de la construction de l'Eurostadium, projet avorté d'un stade flambant neuf qui devait accueillir Euro 2020 et au minimum deux fois les Diables.

"Il va falloir affronter deux nations qui auront l'avantage d'avoir un public derrière eux. C'est vraiment dommage. C'était une occasion unique de créer des souvenirs fantastiques avec nos supporters mais nous n'avons pas de stade pour l'Euro", a déclaré Roberto Martinez après la victoire 6-1 de son équipe contre Chypre.

Quatre des six têtes de série disposent d'un stade hôte dans cet Euro avec l'Italie (Rome, groupe A), l'Espagne (Bilbao, groupe H), l'Angleterre (Londres, groupe D) et l'Allemagne (Munich, groupe F). L'Ukraine et la Belgique, les deux dernières têtes de série, doivent donc se partager les groupes B (attribué à la Russie et au Danemark) et C (attribué aux Pays-Bas). Mais étant donné que, pour des raisons politiques, l'Ukraine ne peut tomber dans la poule des Russes, la Belgique a été automatiquement envoyée dans le groupe B et l'Ukraine dans le C.

Si les Belges devront jouer deux fois dans un stade acquis à la cause adverse, ils échappent toutefois à la France, la Croatie, la Pologne et la Suisse, les autres pays du pot 2 dont sont issus la Russie et les Pays-Bas.

Il y a une chance sur trois de voir le groupe B complet lors du tirage prévu le 30 novembre à Bucarest. En effet, il reste quatre places dans le pot 4, aux côtés de la Finlande et du Pays de Galles, qui seront attribuées à l'issue des barrages de la Ligue des Nations prévus en mars 2020.

VKA