La cathédrale gantoise de Saint-Bavon livre de nouveaux trésors

Début novembre, 800 squelettes étaient déterrés durant des travaux entrepris à la cathédrale gantoise (photo). Le terrain situé à l’arrière de l’édifice religieux était autrefois un cimetière. Les archéologues y ont maintenant découvert des traces de l’époque romaine, de l’Age du fer et même des faïences de l’Age du bronze, datant de 3.000 à 800 avant J.C.

L’archéologue Janiek De Gryse qualifie la découverte des faïences d’inattendue et spectaculaire. "Sous le niveau du cimetière, il y avait des traces assez bien conservées de l’époque romaine. Il s’agit de paquets agricoles et de traces de bâtiments en bois des premier et deuxième siècles après J.C. En fait, c’est assez unique parce qu’on a trouvé dans le centre de Gand vraiment peu de traces de cette période de l’histoire. Cela rend l’endroit unique dans le centre gantois", précisait De Gryse.

Sous la couche de l’époque romaine, il y avait encore deux autres couches, plus anciennes, relativement bien conservées : l’une datant de l’Age du bronze et l’autre de l’Age du fer.

Assembler les pièces d’un puzzle

"Maintenant que le travail de terrain est terminé commence notre véritable travail", indique l’archéologue. "Nous devons assembler les pièces du puzzle. Le but est par exemple de découvrir ce que les gens ont transformé, ce qu’ils mangeaient et comment ils vivaient. Je pense que ce travail est très important pour compléter le puzzle de l’histoire de Gand".

Les faïences de l'Age du bronze (3.000 à 800 avant J.C.) qui ont été découvertes lors des fouilles archéologiques à la cathédrale Saint-Bavon à Gand sont qualifiées d'événement spectaculaire. "Ce que nous avons trouvé dépasse toutes les espérances. Je pense que notre équipe ne vivra cela qu’une seule fois dans sa carrière".