Bientôt la fin des subventions pour les organisations qui "se replient sur l'origine ethnoculturelle"

Les partis de la coalition en Flandre, la N-VA, le CD&V et l'Open VLD ont préparé une proposition de décret qui mettra fin aux subventions publiques versées à des organisations "fondées sur l'origine ethnoculturelle et qui encouragent la ségrégation". Ces partis veulent ainsi concrétiser rapidement une promesse qui avait été faite dans l'accord de coalition flamand du 30 septembre dernier.

L'intention est d'inscrire la proposition de décret à l'ordre du jour du Parlement flamand. Selon les auteurs, il faudrait le faire le plus rapidement possible afin que les organisations concernées "aient suffisamment de temps pour s'adapter à ce nouveau décret et pour pouvoir s'en servir comme ligne directrice dans le prochain cycle de subventions".

"C'est un choix que je trouve très défendable", a déclaré le ministre flamand de l’Intégration civique Bart Somers (Open VLD) vendredi lors de l’émission "De afspraak" (VRT) à propos de cette mesure. "Il s'agit d'organisations qui se concentrent sur un groupe ethnoculturel sur une base ethnoculturelle et qui encouragent également la ségrégation. Ce sont des organisations qui peuvent exister."

"Nous devons utiliser l'argent flamand là où des gens d'horizons différents se rencontrent et se renforcent mutuellement. Telle est notre philosophie. Ce ne sera pas une démolition d'associations ", affirme encore le ministre Bart Somers.
Le ministre ne veut pas citer de noms d’organisations qui devraient craindre pour leur subvention "Nous allons recevoir des rapports de l'inspection. C'est l'inspection qui doit enquêter. "On cite souvent l'organisation interculturelle contre le racisme et pour l'égalité Kifkif. Mais selon le ministre Somers, Kifkif n'est pas visée.

"C'est une organisation de gauche qui ne représente pas toujours mon opinion sur le plan politique, mais je pense qu'il s'agit d'une organisation typique qui contribue à une société et construit des ponts. D'autre part, une organisation "qui se concentre sur une seule communauté, qui est également gérée depuis l'étranger et maintient les gens isolés" peut craindre la perte de ses subventions".