BELGA

La mission économique belge en Chine cible d’attaques informatiques massives

La délégation belge en Chine a été victime lundi dernier d'attaques informatiques massives. Geert Baudewijns, expert au sein de Secutec, une société spécialisée contre les pirates informatiques, et présent en Chine l'a confirmé. "C'était pire que prévu, mais heureusement, nous étions préparés", a-t-il expliqué. Il a ainsi enregistré 135 attaques par heure lundi après-midi.

Geert Baudewijns compte parmi ses clients un certain nombre de participants à la mission économique en Chine. Il conseille également les autorités publiques en matière de cybersécurité. Mais ce qu'il a vécu en Chine l'a surpris. "Nous savions qu'il y avait des problèmes de sécurité du trafic internet en Chine, mais c'était pire que ce que j'imaginais."

L'expert a utilisé la méthode "honeypot", amenant plusieurs ordinateurs en Chine, dont certains très sécurisés et d'autres pas, pour voir ce qu'il se passerait. Il a rapidement remarqué que plusieurs serveurs tentaient systématiquement de s'introduire dans les PC. Selon l'expert en informatique, deux tentatives d'installation d'une application ont même été effectuées, de sorte que même à l'avenir, une fois de retour en Belgique, l'application puisse obtenir de nouveaux renseignements.

L'expert souligne par ailleurs que la délégation officielle était bien préparée. Les membres de la délégation disposaient de téléphones mobiles qui seront ensuite jetés une fois en Belgique. Mais l'expert craint cependant que certaines entreprises participantes aient sous-estimé le danger.

"Je ne peux que recommander à tout le monde de réinitialiser tous les appareils et de changer tous les mots de passe lorsqu'ils rentrent chez eux", a-t-il ajouté.

Avec ce qu'il a vu en Chine, l'expert formulera également une série de recommandations aux voyageurs amenés à se rendre en Chine à l'avenir.

Les Chinois auraient été principalement à la recherche de mots de passe, d'informations politiques et d'informations sur les produits de grandes firmes, a encore expliqué  Geert Baudewijns, à la VRT. L'entreprise de sécurité va maintenant essayer d'analyser les tentatives de piratage, afin d'être encore mieux préparée à d'éventuelles attaques à l'avenir. "Pour nous, le travail de détective commence maintenant, c'est ce qui est génial dans ce métier", conclut Geert Baudewijns.

Les Affaires étrangères et la Sûreté de l'Etat au courant de la problématique

"Nous sommes au courant de cette problématique", ont indiqué samedi les Affaires étrangères sans donner plus de précisions après les révélations concernant les cyberattaques qui ont visé la récente mission économique belge en Chine.

"Les cyberattaques sont un grand défi dans le monde entier", poursuit le ministère. C'est pourquoi des mesures sont aussi prises avant le départ, explique le porte-parole des Affaires étrangères. "Cela fait partie de chaque mission maintenant. Nous prenons des mesures de précaution en concertation avec les services de sécurité."
Les services de sécurité chinois sont soupçonnés d'être derrière ces attaques.

Ingrid Van Daele, la porte-parole de la Sureté de l'Etat reconnaît également que "nous avons briefé la mission au préalable, nous le faisons aussi avec d'autres." La délégation n'a par ailleurs pas été la seule à être briefée par la Sureté. Les entreprises participantes l'ont également été via les agences régionales du commerce et les fédérations d'entreprises.

La Sureté a également publié sur son site internet une brochure informative permettant de protéger ses données à l'étranger comme utiliser un GSM spécifique pour la mission, poursuit la porte-parole. Cet appareil pourra ensuite être "nettoyé" ou examiné par un expert. La Sureté conseille également de ne pas utiliser les réseaux wifi, de poster des données géolocalisées sur les réseaux sociaux ou encore de recharger sa batterie à des bornes publiques...

Les personnes qui auraient été piratées peuvent s'adresser à la Sureté de l'Etat ou au Centre pour la Cybersécurité.